Le directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold et l’ancien chef du renseignement militaire de l’armée Amos Yadlin vont voyager aux Etats-Unis mardi pour tenir au courant les organisations juives sur l’accord du nucléaire, alors que Jérusalem se prépare à combattre l’accord à Washington.

Gold informera un groupe d’organisations juives, la Conférence des Présidents Américains de Organisations juives à New York.

Selon la Deuxième chaîne d’information israélienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu est prêt à « tout mettre en œuvre » pour protester contre l’accord sur le nucléaire iranien aux Etats-Unis, malgré le peu de probabilité que l’accord soit rejeté au Congrès.

En décidant d’une attaque de plein front contre l’accord plutôt qu’une campagne plus tranquille, le Premier ministre risque de compliquer plus encore ses relations avec le président américain Barack Obama, qui sera peut-être forcé d’utiliser son veto pour protéger l’accord.

L’approche de Netanyahu est de souligner qu’il n’est pas opposé à l’administration Obama, mais simplement à l’accord, selon le rapport.

L’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis Ron Dermer a informé les dirigeants républicains sur les objections d’Israël contre le nucléaire iranien lundi, a annoncé le programme télévisé.

Plus tôt, des sources à Jerusalem ont déclaré que Netanyahu prévoyait de parler à l’Assemblée Générale des Nations unies en septembre.

Le discours de Netanyahu se concentrera sur l’accord du nucléaire signé entre les puissances mondiales et l’Iran plus tôt ce mois, accord contre lequel il s’oppose.

L’Assemblée Générale, de la mi-septembre, se tiendra juste avant la date limite pour l’examen du Congrès de l’accord de l’Iran n’expire. Jérusalem compte sur les législateurs américains pour rejeter l’accord en dernière tentative de l’annuler.

Il n’est pas encore clair de savoir si le voyage de Netanyahu aux Etats-Unis incluera une visite au Congrès et à la Maison Blanche. Un voyage aux Etats-Unis en mars pour faire pression contre l’accord au Congrès a été dénoncé par la Maison Blanche et a conduit à un affaiblissement des liens entre Netanyahu et Obama.

Lundi, le représentant américain Eliot Engel a déclaré au Washington Post qu’il était peu probable qu’assez de législateurs démocrates votent contre l’accord pour outrepasser le veto d’Obama.

« Je pense qu’il est difficile, mais pas impossible, d’outrepasser le veto », a déclaré Engel. Il y aura de la pression sur les Démocrates pour soutenir le veto du président ».

Dans le cadre de la campagne actuelle de l’administration Obama de faire passer l’accord sur le nucléaire iranien signé le 14 juillet à Vienne, le Secrétaire d’Etat John Kerry a déclaré au public du Conseil des Relations Etrangères de New York vendredi que si le Congrès venait à voter contre l’accord, « nos amis en Israël pourraient en réalité finir plus isolés, et plus critiqués ».

La déclaration a été rapidement rejetée par l’ancien ambassadeur israélien au Etats-Unis, Michael Oren, maintenant membre du parti centriste Koulanou

« Si les législateurs américains rejettent l’accord sur le nucléaire, ils le feront exclusivement sur la base des intérêts américains. La menace du Secrétaire d’Etat qui, dans le passé, a averti qu’Israël courait le risque de devenir un État apartheid, ne peut pas nous empêcher de remplir notre devoir national de nous opposer à un accord dangereux », a indiqué Oren dans une déclaration.

Dans la même logique, le ministre de l’Energie Yuval Steinitz, le monsieur Iran du gouvernement, a rejeté l’avertissement de Kerry.

« Israël expliquera clairement ses points de vue sur le nucléaire iranien, qui concerne sa sécurité et son existence, personne n’a l’autorité de nous intimider [sur la question] », a déclaré Steinitz selon le site d’information Walla.

Adiv Sterman a contribué à cet article.