Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tiré parti lundi de la tempête politique qui entoure le député arabe Basel Ghattas, accusé de graves crimes sécuritaires, pour attaquer l’homme qui, selon les sondages, pourrait être un sérieux concurrent à la direction du pays : Yair Lapid, le président du parti centriste Yesh Atid.

Suite aux accusations contre Ghattas, élu de la Liste arabe unie qui aurait transmis des téléphones portables, et peut-être des renseignements, à des prisonniers palestiniens détenus en Israël, Zeev Elkin, ministre de l’Environnement et député du Likud, a lancé une pétition parmi les députés pour mettre en place la loi de destitution récemment votée, et commencer les procédures pour exclure Ghattas de la Knesset.

Lapid a prévenu qu’une destitution pourrait prendre des années et faire l’objet de longues procédures judiciaires. Préférant une approche différente, Lapid a déclaré lundi aux députés de son parti qu’il demanderait au procureur général Avichai Mandelblit de lever l’immunité parlementaire de Ghattas pour qu’une enquête pénale soit ouverte, un processus qui serait, selon lui, bien plus rapide que la destitution.

Netanyahu a déclaré lundi pendant la réunion des députés du Likud qu’il signerait avec joie la pétition d’Elkin.

Basel Ghattas, député de la Liste arabe unie, s'adresse à la Knesset, le 26 novembre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Basel Ghattas, député de la Liste arabe unie, s’adresse à la Knesset, le 26 novembre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« J’ai entendu que Yair Lapid a ordonné aux membres de son parti de ne pas la signer, a-t-il déclaré. Eh bien, cela ne m’étonne pas. C’est décevant, mais pas surprenant… Nous parlons d’un gauchiste qui dirige un parti gauchiste. »

Lapid, a-t-il déclaré, « tente de cacher ce simple fait, mais la vérité, que Yair Lapid dirige [un parti de gauche], a été dévoilée à tous. »

De récents sondages réalisés auprès des électeurs israéliens ont montré que le parti de Lapid, Yesh Atid, serait au coude-à-coude ou devant le Likud de Netanyahu si des élections avaient lieu aujourd’hui.

Yesh Atid a ridiculisé les propos de Netanyahu, déclarant que le Premier ministre parlait régulièrement de ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui comme de gauchistes.

« Chaque fois que le Premier ministre et ses ministres sont incapables de gérer la réalité, ils se tournent vers le même vieux truc idiot et pathétique », a déclaré le parti.