Le bureau du Premier ministre a annoncé lundi soir que Benjamin Netanyahu ne se rendra pas aux Etats-Unis dans le mois pour assister à la conférence annuelle de la Commission des affaires publiques israélo-américaines (AIPAC), et manquera aussi une rencontre avec le président américain Barack Obama.

Le Premier ministre s’adressera à la place à la conférence par satellite le 20 mars.

Le communiqué du bureau du Premier ministre a remercié Obama pour la proposition de rencontre avec le Premier ministre le 18 mars, avant la visite historique du président à Cuba, où il partira le 21 mars, mais a déclaré que Netanyahu avait décidé de ne pas aller aux Etats-Unis.

La Maison Blanche a déclaré après l’annonce qu’elle avait appris l’annulation par les médias, et a exprimé sa « surprise ».

Les relations entre Obama et Netanyahu, qui ont toujours été difficiles, se sont tendues avec les négociations puis l’application de l’accord sur le nucléaire iranien.

Ces derniers mois, pourtant, les deux parties s’étaient efforcées de surmonter ce désaccord et d’affirmer la vigueur des liens israélo-américains. Les deux dirigeants s’étaient ainsi retrouvés début novembre dans le Bureau ovale, multipliant pour l’occasion les déclarations apaisantes.

Le premier ministre Benjamin Netanyahu, et le vice-président américain Joe Biden à Davos, en Suisse, le 21 Janvier 2016  (Crédit : Haim Zach / GPO)

Le premier ministre Benjamin Netanyahu, et le vice-président américain Joe Biden à Davos, en Suisse, le 21 Janvier 2016 (Crédit : Haim Zach / GPO)

La visite du vice-président américain Joe Biden « reflète les solides relations entre Israël et les Etats-Unis notre allié […] notamment pour ce qui est des défis auxquels nous sommes confrontés ensemble dans notre région », avait souligné dimanche M. Netanyahu.

Un haut fonctionnaire israélien a cité la visite de mardi en Israël de Biden, et des inquiétudes que le Premier ministre pourrait par inadvertance se retrouver coincé dans la campagne présidentielle américaine, comme raisons probables de manquer la conférence de l’AIPAC.

« A ce moment, il semble que nous n’allions pas à Washington, » a déclaré au Times of Israel l’officiel avant l’annonce. « Le raisonnement est que nous voyons Biden cette semaine et l’hypothèse est que dans la discussion avec Biden, tous les sujets interviennent. »

L’officiel a ajouté que « également, à l’AIPAC, beaucoup de candidats présidentiels prononcent des discours et pourraient demander à rencontrer le Premier ministre. Nous ne voulons pas être impliqués dans le processus électoral américain. »

L’officiel s’est exprimé sous condition d’anonymat.

La Maison Blanche a déclaré lundi qu’elle avait proposé une rencontre le 18 mars il y a deux semaines, et n’a appris que par les médias que Netanyahu avait décidé d’annuler son voyage, a annoncé Reuters.

« Nous nous préparions à accueillir la rencontre bilatérale, et nous sommes surpris d’apprendre d’abord par les médias que le Premier ministre, plutôt que d’accepter notre invitation, a choisi d’annuler sa visite » a déclaré Ned Price, porte-parole du conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, dans un communiqué par e-mail, selon Reuters.

« Les informations selon lesquelles nous n’avons pas pu nous adopter à l’emploi du temps du Premier ministre sont fausses, » a déclaré Price.

Jérusalem a rejeté mardi matin l’affirmation de la Maison Blanche selon laquelle la Maison Blanche venait d’apprendre que Netanyahu ne se rendrait pas aux Etats-Unis.

Le communiqué du bureau de Netanyahu, qui affirme qu’aucune rencontre n’avait encore été programmée, est un signe des tensions persistantes entre Jérusalem et Washington, quelques heures avant la visite de Biden en Israël pour des discussions de haut niveau.

L'ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis, Ron Dermer (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

L’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, Ron Dermer (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le bureau du Premier ministre a déclaré que Ron Dermer, l’ambassadeur israélien aux Etats-Unis, avait dit la semaine dernière à la Maison Blanche qu’il y avait une probabilité importante que Netanyahu ne se rende pas aux Etats-Unis fin mars, malgré la disponibilité d’Obama.

« Vendredi dernier, pendant une réunion à la Maison Blanche, l’envoyé d’Israël à Washington Ron Dermer a exprimé l’appréciation du Premier ministre Netanyahu à la proposition d’Obama de le rencontrer, s’il se rendait à Washington, est-il écrit dans le communiqué. Avec ceci, Dermer les a également informés qu’il y avait une grande probabilité que le Premier ministre n’aille pas à Washington, et qu’une réponse finale serait donnée lundi après qu’il lui ait parlé. »

La décision extraordinaire de Netanyahu de rejeter l’invitation présidentielle intervient un an après le refus d’Obama de rencontrer Netanyahu à Washington, citant la proximité avec les élections israéliennes, ce qui avait été largement perçu comme un signe de tension des relations entre les deux dirigeants ; Netanyahu s’était exprimé pendant son voyage devant le Congrès pour s’opposer à l’accord iranien, sans coordonner cette intervention en avance avec l’administration de la Maison Blanche.

Cet épisode, nouvel accroc dans les relations notoirement tendues entre l’administration Obama et Netanyahu, intervient à la veille de la visite en Israël du vice-président américain Joe Biden.

En mars 2010, une visite de Biden avait été entachée par l’annonce israélienne concomitante d’un projet de construction de 1 600 logements dans le quartier de Ramat Shlomo à Jérusalem est. Cette annonce avait suscité une vive réaction publique de Biden en raison de sa teneur et du choix du moment.

A Jérusalem, il rencontrera Netanyahu et le président Reuven Rivlin. Un échange est également prévu avec l’ancien président et prix Nobel de la Paix Shimon Peres.

Biden rencontrera par ailleurs le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah.

L’équipe du Times of Israël et l’AFP ont contribué à cet article.