Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a lancé une attaque cinglante contre Mahmoud Abbas dimanche, accusant le dirigeant palestinien d’alimenter les troubles à Jérusalem et dans tout le pays par l’intermédiaire d’une incitation délibérée contre l’establishment israélien et ses dirigeants.

Cette déclaration intervient après de violentes et persistantes manifestations menées par les Arabes israéliens après la mort d’un homme à Kafr Kanna après une altercation avec la police vendredi.

Lors d’une convention du comité central du Likud, Netanyahu a promis de sévir contre les émeutes et les manifestations de violence qui se déroulent dans la capitale et ailleurs. Il a déclaré que les forces de sécurité étaient prêtes à agir avec force pour assurer la sécurité des civils israéliens.

« Nous assistons à une intensification des efforts visant à inciter à la violence, d’instiller le terrorisme, et nous agissons de manière décisive contre ceux qui tentent de mettre le feu à Jérusalem », a indiqué le Premier ministre.

« L’incitation [à la violence] que nous vivons ne vient pas seulement de radicaux islamiques, mais aussi de l’Autorité palestinienne, de son chef, et du Fatah. »

Par ailleurs, Netanyahu a accusé Abbas ainsi que la direction palestinienne, pour les attaques terroristes récemment menées sur le sol israélien. Il les tient aussi pour responsable de la violence en cours à Jérusalem et sur le mont du Temple.

Netanyahu a ajouté qu’il ne compte pas « répéter l’erreur » du retrait israélien de territoires pour arriver au calme, et a souligné qu’il ne ferait jamais de « pari sur la sécurité de l’Etat. »

Netanyahu a ensuite poursuivi avec véhémence sa critique des dirigeants palestiniens : « Mais aussi derrière cette incitation [à la violence] il y a l’Autorité Palestinienne et son chef, Abou Mazen [Mahmoud Abbas]. Le site Internet officiel de leur organisation, le Fatah, explique que le peuple juif n’a, en fait, jamais été ici [en Israël], que le Temple n’a jamais été ici, que David, Salomon, Isaïe, Jérémie et les rois et les prophètes d’Israël sont tous [des personnages de] fiction. Ceci n’est rien moins qu’une tentative claire de fausser non seulement la vérité contemporaine, mais aussi la vérité historique. Face à ces distorsions et ces mensonges grossiers, nous devons dire la vérité à notre peuple et au monde », a-t-il précisé.

La convention du parti du Premier ministre a permis de fixer les modalités pour les primaires à venir, fixées au 6 janvier prochain et qui visent à élire un nouveau dirigeant pour le parti.

Moshe Feiglin a annoncé qu’il allait se présenter contre Netanyahu. Deux semaines avant le vote, le parti se prononcera sur d’éventuelles modifications concernant son règlement.

L’actuel président du comité central du Likud Danny Danon a annoncé lundi qu’il se présenterait aussi contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans les prochaines primaires du parti.

« L’actuel président du Likud n’est plus depuis un certain temps en accord avec la voie du Likud, et je suis ici pour que le Likud retrouve sa voie », a déclaré Danon lors d’une conférence de presse à Jérusalem. « Netanyahu est l’un des plus anciens Premiers ministres de l’État d’Israël, mais il s’est malheureusement perdu en chemin. »

Danon a fustigé Netanyahu pour divers motifs : le gel de la construction des implantations, la libération des prisonniers palestiniens, une mauvaise gestion de la guerre dans la bande de Gaza de cet été (Netanyahu avait renvoyé Danon pendant la guerre), le coût de la vie et d’avoir tourné le dos à des alliés religieux en faveur des partis de gauche.