Lors d’une allocution télévisée, M. Netanyahu a accusé le secrétaire d’Etat d’être « davantage préoccupé par les implantations plutôt que par le terrorisme ».

« Nous n’avons pas à recevoir de leçons de la part de dirigeants étrangers », a souligné le Premier ministre israélien.

« Le Moyen-Orient s’enflamme, le terrorisme sévit et John Kerry critique la seule démocratie de la région », a déploré Benjamin Netanyahu en exprimant l’espoir que l’administration dirigée par Barack Obama « ne provoquera pas de dégâts supplémentaires à l’ONU ».

Dans son discours prononcé en hébreu, Netanyahu a indiqué que le discours de Kerry était une « grande déception ».

Le Premier ministre a expliqué que Kerry avait fait une « fausse équivalence morale » entre les constructions à Jérusalem et le terrorisme palestinien.

Netanyahu a ajouté que Kerry n’avait dénoncé « que du bout des lèvres » le terrorisme et a noté que la résolution des Nations unies – tout en condamnant les « incitations » – n’attribuaient pas ces dernières aux Palestiniens.

Il a répété que la focalisation du discours de Kerry sur les implantations relevait de « l’obsession ».

Le Premier ministre a déclaré « avoir été surpris » que Kerry ait consacré l’un de ses derniers discours à ce conflit, alors que le « Moyen Orient est en flammes ».

Israël est la seule démocratie au Moyen Orient, le seul lieu dans la région où les Chrétiens peuvent fêter Noël, a rappelé Netanyahu.

Dans une déclaration de suivi en anglais, Netanyahu a expliqué être impatient de travailler avec l’administration Trump pour « abroger » la résolution de l’ONU.

“Je souhaiterais ressentir du réconfort » face à la promesse de Kerry de ne pas entreprendre davantage d’actions au niveau des Nations Unies, mais les Etats Unis avaient dit la même chose concernant la précédente résolution », a expliqué le Premier ministre.

Il y a des « preuves absolument incontestables que les Etats Unis ont iorganisé » et présenté la résolution à l’ONU, a estimé Netanyahu, ajoutant que la transcription reliée à un média égyptien n’est que le « sommet de l’iceberg ».
“Une partie est sensible, l’ensemble est vrai », a-t-il ajouté en commentaire de l’information.

Netanyahu a expliqué que d’autres pays pouvaient avancer une nouvelle résoltion devant les Nations Unies, tandis que les Etats Unis donneraient des directives en coulisses. Par exemple, la Suède – « qui n’est pas un ami connu d’Israël » pourrait le faire, a poursuivi Netanyahu.

“Les Israéliens n’ont pas besoin que les leaders du monde leur explique l’importance de la paix », a-t-il dit. « Personne ne veut davantage la paix que le peuple d’Israël ».

« Comme la résolution du Conseil de sécurité que le secrétaire d’Etat a fait avancer à l’ONU, son discours de ce soir était biaisé contre Israël », avait déclaré auparavant M. Netanyahu cité dans un communiqué de son bureau.

« Pendant plus d’une heure, il a traité de manière obsessionnelle des implantations et a à peine évoqué la racine du conflit à savoir l’opposition palestinienne à un Etat juif et ce quelles que soient ses frontières », a ajouté le Premier ministre.