Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fustigé lundi le parti au pouvoir au sein de l’Autorité palestinienne, le Fatah, pour avoir élu un terroriste emprisonné à un poste important du mouvement.

Dirigeant palestinien populaire qui purge une peine de prison à perpétuité en Israël pour l’orchestration d’une série de meurtres pendant la seconde Intifada, Marwan Barghouthi est sorti victorieux du vote pour la direction du Fatah, qui a eu lieu en Cisjordanie et dans la bande de Gaza la semaine dernière.

« Il est le dirigeant d’une organisation terroriste qui a encouragé et mené des attaques terroristes qui ont tué et blessé des dizaines d’Israéliens innocents, a déclaré lundi Netanyahu dans un communiqué. L’élection de Barghouthi au Fatah radicalise la culture de l’incitation [à la violence] et du terrorisme. »

Netanyahu, qui accuse les dirigeants palestiniens d’inciter à la violence contre Israël et de glorifier cette violence, a déclaré que l’élection de Barghouthi amplifiait « la culture de la haine et ne permet que d’aliéner les perspectives de paix. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la conférence diplomatique à Jérusalem, le 23 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la conférence diplomatique à Jérusalem, le 23 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Comme si cela n’était pas assez qu’ils continuent leurs incitations en baptisant les rues, les écoles et les places des noms de meurtriers, maintenant ils occupent les plus hauts postes de direction », a-t-il déclaré.

Pendant le week-end, le Fatah a organisé son septième congrès, le premier en sept ans. Les délégués ont voté pour des postes importants de la direction du parti, à un moment où le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, cherchait à apaiser les tensions des rivalités internes.

Des résultats non officiels ont indiqué que la plus grande partie des votes avait été pour Barghouthi, qui dirige le Comité central du Fatah depuis sa prison israélienne.

Barghouthi est resté actif politiquement derrière les barreaux, et est souvent présenté comme l’un des probables successeurs d’Abbas, 81 ans.

Un sondage du Centre palestinien pour la recherche en politique a montré cette année que si des élections présidentielles étaient organisées, Barghouthi serait en tête, devant Abbas et le candidat du Hamas, Ismail Haniyeh.

Le dirigeant emprisonné est perçu comme un symbole d’unité dans le monde divisé de la politique palestinienne, séparé entre le Hamas, le Fatah et plusieurs petits partis.

Barghouthi est l’ancien dirigeant du Tanzim, la branche armée du Fatah. Il a été jugé coupable par Israël d’être le fondateur de la Brigade des martyrs d’Al-Aqsa, un autre groupe terroriste du Fatah.

Il purge actuellement sa peine de prison à perpétuité à la prison Hasharon après avoir été condamné en 2004 pour cinq assassinats, une tentative d’assassinat, et son implication et sa responsabilité dans quatre autres attentats terroristes.