Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche qu’il était temps pour certains pays arabes avec lesquels Israël entretient des relations secrètes d’afficher publiquement ces liens.

S’exprimant à la Conférence des Présidents des Organisations Juives Américains Majeures, le Premier ministre a affirmé que la plupart des pays arabes modérés perçoivent Israël comme leur allié, et non leur ennemi, alors qu’ils partagent une lutte commune contre l’Iran et l’Etat islamique.

« Des pays arabes majeurs changent leur opinion d’Israël, ils ne voient plus Israël comme leur ennemi, mais ils considèrent Israël comme leur allié, tout particulièrement dans la bataille contre l’islam militant avec ses deux sources, a-t-il déclaré en anglais. Maintenant, c’est quelque chose qui forge de nouveaux liens, certains sont discrets, d’autres sont ouverts. Et je pense qu’ici aussi nous pouvons nous attendre et nous devrions nous attendre et devrions demander à voir un changement ».

Le Premier ministre n’a pas développé sur cette question.

Netanyahu, qui s’exprimait devant plus de 100 dirigeants des 53 organisations membres de la conférence, a remercié les délégués pour « avoir porté le message d’Israël aussi loin », une référence aux récentes visites en Turquie et Egypte de membres de la Conférence. Il a souligné son engagement à l’unification du peuple juif expliquant que « Tous les Juifs doivent se sentir chez eux et bienvenus en Israël ».

Netanyahu a identifié deux tendances parallèles et contradictoires dans le monde. D’un côté, il y a une hostilité multinationale constante envers Israël aux Nations unies, au TPI et en UE, de pair avec ce qu’il a qualifié « d’obsession » envers Israël sur les forums internationaux.

« Mais nous savons que dans beaucoup de ces forums multinationaux, Israël est isolé. J’espère qu’un jour, nous recevrons un double standard parce que maintenant, nous ne profitons pas d’un double standard ; nous souffrons d’un triple standard… Il y a le standard pour les dictatures. Ils sont généralement exemptés. L’autre c’est pour les démocraties et il y a encore un troisième standard pour la démocratie appelée Israël ».

D’un côté, a-t-il déclaré, des pays comme la Chine, l’Inde, la Russie et le Japon réchauffent leurs liens avec Israël du fait de leur préoccupation face à l’Islam militant et le terrorisme qu’il produit et pour profiter de l’expérience opérationnelle et du renseignement israélien pour combattre le terrorisme tout comme la technologie israélienne, comme la sécurité informatique, l’amélioration de la gestion de l’eau et la désalinisation, l’agriculture et la biotechnologie. « Nous avons besoin de ces pays qui viennent vers nous pour changer les votes dans les forums internationaux », a-t-il déclaré.

« Nous ne devrions pas avoir peur de cela. Nous ne devrions pas accepter qu’il y ait une dichotomie forte et une dissonnance entre l’amitié et les alliances que nous construisons entre Israël et de nombreux pays, et la manière dont ils votent sur Israël dans les forums internationaux. Je pense que c’est vrai pour l’UE ; c’est vrai pour l’Organisation pour l’Unité Africaine ; c’est vrai de l’Amérique Latine. Et je pense nous devrions insister sur ce point, parce que vu les intérêts changent, et Israël devient un pays très important au niveau international, il est important que cela se reflète aussi dans les forums internationaux ».

Les remarques de Netanyahu sont intervenues le même jour où le ministre de Défense Moshe Yaalon a déclaré qu’il y avait des canaux ouverts entre Israël et d’autres pays arabes, mais la situaiton « sensible » l’empêchait de serrer des mains d’officiels arabes en public. Il a ensuite serré la main du Prince saoudien Turki bin Faisal al-Saoud.
Turki est l’un des rares officiels saoudiens qui ait ouvertement rencontré un certain nombre d’officiels israéliens dans le passé.

Les liens cachés d’Israël avec les états arabes sunnites sont ainsi que s’ils ne peuvent pas afficher des signes de cordialité en public, « nous pouvons nous rencontrer dans des lieux publics », a déclaré Yaalon à la Conférence de Sécurité de Munich.

« Mais nous avons des canaux pour parler avec nos voisins de pays arabes sunnites. Pas seulement la Jordanie et l’Egypte, mais les Etats du Golfe, d’Afrique du Nord, a déclaré Yaalon. Pour eux, l’Iran est un ennemi ».
S’exprimant en anglais, Yaalon a affirmé que les états arabes sont « frustrés et furieux du manque de soutien occidental ».

L’Arabie saoudite et d’autres états arabes maintiennent qu’ils ne normaliseront leurs liens avec l’Etat juif qu’une fois un accord de paix atteint avec les Palestiniens pour une solution à deux états.

Israël a longtemps déclaré qu’il y avait un canal de discussions secret entre Jérusalem et les états sunnites, qui partagent des inquiétudes communes à propos de l’hégémonie iranienne dans la région.

Netanyahu a déclaré dimanche à la conférence que l’accroissement des liens avec les états arabes pouvaient aider à paver la voie d’un accord avec les Palestiniens, une affirmation souvent répétée.

« Je pense qu’il est très clair qu’étant donné la, ce que je regrette de dire est la dysfonction que je vois souvent dans les politiques palestiniennes, et je pense que l’encouragement des états arabes, des états arabes dirigeants, pour une position plus réaliste de la part de l’Autorité palestinienne peut contribuer à une situation stabilisée et même à avancer un meilleur futur », a-t-il déclaré.

Il a également souligné l’importance prépondérante les relations d’Israël avec les Etats-Unis. « Je veux dire catégoriquement que nous n’avons aucune illusion sur le fait que les Etats-Unis restent le meilleur ami de l’Etat d’Israël. Les Etats-Unis et Israël sont les plus grands alliés. Et j’apprécie profondément le soutien du président Obama, du Congrès, du peuple américain. Nous travaillons ensemble aujourd’hui sur un protocole d’accord [sur l’aide militaire], a-t-il noté. J’espère que nous pourrons le terminer bientôt, et nous accueillerons certainement le vice-président Biden, qui viendra nous rendre visite. Je pense que c’est une autre facette de cette amitié profonde entre nos deux pays. »

« Et je pense que le peuple américain comprend que dans le turbulent Moyen Orient et dans ce monde turbulent, les Etats-Unis n’ont pas de meilleur ami qu’Israël et Israël n’a pas de meilleur ami que les Etats-Unis d’Amérique », a déclaré Netanyahu.