Israël n’a « rien contre le peuple de Gaza » et veut l’aider à se débarrasser de la « tyrannie » du Hamas, a affirmé jeudi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur la chaîne américaine Fox News.

« Je ne suis pas sûr que la bataille soit terminée », a-t-il dit, près d’un mois après le début de l’opération israélienne dans la bande de Gaza.

« Je pense qu’on a amoindri significativement les capacités du Hamas », a-t-il ajouté, notant qu’il restait peut-être des tunnels à découvrir sous la frontière entre Gaza et Israël.

« Tout dépend s’ils veulent continuer cette bataille. Je pense que nous devons trouver une solution pacifique, si on le peut », a encore déclaré M. Netanyahu à quelques heures de la fin d’un cessez-le-feu censé expirer vendredi matin.

« Nous n’avons rien contre le peuple de Gaza. En fait nous voulons aider le peuple de Gaza, qui souffre sous cette tyrannie effrayante », a-t-il dit.

« Ces bilans sont cruels mais ce n’est pas notre intention » de tuer des civils », a ajouté M. Netanyahu. « Israël agit de cette manière : nous attaquons des combattants et tuons accidentellement des civils. Les terroristes font exactement l’inverse ».

Benjamin Netanyahu a enfin souligné que le plus grand danger qu’encourt Israël serait d’être confronté à des groupes ou nations terroristes, soutenus par l’Iran, équipés avec des missiles ou des roquettes à tête nucléaire.