Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assuré lundi qu’Israël allait continuer à frapper « quand c’est nécessaire », après la destruction par des chasseurs israéliens d’une batterie anti-aérienne syrienne qui avait tiré sur un avion de reconnaissance.

« Aujourd’hui, on a voulu détruire nos avions, ce qui est inacceptable », a réagi Netanyahu. « Notre politique est claire : celui qui veut nous attaquer, nous l’attaquerons », a-t-il mis en garde dans un communiqué.

« Les forces aériennes ont agi avec précision et rapidité, et elles ont détruit ce qui devait l’être. Nous continuerons à intervenir dans l’arène autant de fois que cela sera nécessaire pour défendre la sécurité d’Israël. »

La Syrie a mis en garde contre des « conséquences dangereuses » de la frappe. La Russie, puissant soutien du régime syrien, n’a fait aucun commentaire. Elle avait été tenue au courant de l’opération par Israël avant la sortie des avions.

« On a notifié les Russes en temps réel » de l’attaque contre la batterie syrienne, avait assuré le colonel Conricus, porte-parole de l’armée.

L’AFP a contribué à cet article.