Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a mis dans le même panier les initiatives diplomatiques unilatérales de l’Autorité palestinienne et les tirs de roquettes de groupes terroristes de Gaza dimanche lorsqu’il a affirmé qu’Israël était attaqué simultanément sur deux fronts.

Netanyahu a exhorté « les responsables de la communauté internationale » à rejeter la requête des Palestiniens au Conseil de sécurité de l’ONU pour un retrait israélien sur les frontières de 1967. Ses commentaires surviennent le jour après que des articles ont été publiés sur le fait qu’un rival politique aurait indiqué à Washington que le vote de la résolution aiderait Netanyahu lors des élections.

Le Premier ministre a également accusé l’Autorité palestinienne de tenter de porter atteinte à l’existence même d’Israël et a affirmé que Ramallah espérait priver l’Etat juif de sa capacité à assurer sa propre sécurité.

Mercredi, la Jordanie a présenté un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU définissant les modalités d’établissement d’un Etat palestinien et d’un retrait israélien aux lignes d’avant 1967. Cet acte a été qualifié par un ministre israélien de manœuvre qui équivalait à une déclaration de guerre.

« Israël est attaqué simultanément sur deux fronts », a déclaré Netanyahu lors d’une cérémonie d’allumage des bougies de Hanoukka en compagnie des soldats dans une base militaire dimanche soir.

« Il est attaqué par le terrorisme du Hamas et les autres organisations terroristes, mais il est aussi l’objet d’une attaque diplomatique menée par l’Autorité palestinienne, qui a l’intention de nous dépouiller de notre droit à nous défendre, et à éliminer notre légitimité d’exister », a-t-il ajouté.

Une homme masqué du Hamas portant une fausse roquette (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Une homme masqué du Hamas portant une fausse roquette (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Israël, a indiqué le Premier ministre, repoussera les attaques sur les deux fronts.

Les commentaires de Netanyahu surviennent deux jours après qu’une roquette a été tirée de la bande de Gaza sur le sud d’Israël. Elle a atterri dans un terrain sans causer aucun dommage. L’armée de l’air israélienne a répondu à cette attaque en visant une usine du Hamas qui fabriquait du ciment destiné à reconstruire les tunnels terroristes qui ont été détruits ou endommagés pendant la guerre de l’été dernier, selon des responsables israéliens.

Cet échange de tirs était le premier échange sérieux depuis qu’Israël et le Hamas aient tout deux convenu d’un cessez-le-feu fin août, mettant fin à une guerre sanglante de 50 jours.

Evoquant la manœuvre diplomatique des Palestiniens, Netanyahu a qualifié les conditions énoncées dans le projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU d’« inacceptable ».

« Nous attendons de ceux qui sont responsables de la communauté internationale qu’ils rejettent cette proposition, mais dans tous les cas, nous, nous allons nous y opposer et, évidemment, nous n’allons pas suivre les diktats », s’est-il insurgé.