Une majorité d’Israéliens souhaiteraient le remplacement du Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’issue des législatives anticipées de mars, mais il reste aussi pour eux le plus apte à diriger le pays, indique un sondage publié jeudi.

Selon la consultation publiée dans le quotidien Haaretz, 53 % des personnes interrogées ne souhaitent pas que Netanyahu soit reconduit pour un troisième mandat consécutif après les élections du 17 mars.

Mais le chef de file du Likud (droite) reste paradoxalement, en l’absence d’alternatives crédibles aux yeux du public, le candidat le plus capable de diriger Israël.

Plus d’un tiers des personnes interrogées (34 %) le placent en tête de la liste, loin devant le chef de file du parti travailliste, Isaac Herzog (17 %).

Selon le sondage de l’institut Dialog, la liste commune entre le parti travailliste et le parti de centre-gauche HaTnuah de l’ancienne ministre Tzipi Livni serait au coude à coude avec le Likud, les deux formations étant créditées de 21 sièges sur les 120 que compte le Parlement.

Avant la formation de la liste de centre-gauche, il y a trois semaines, un sondage du même institut créditait le Likud de 24 sièges.

Par ailleurs, le parti religieux ultra-orthodoxe Shas est en chute libre dans le sondage, crédité de seulement 4 sièges, contre 11 dans le Parlement actuel, après l’annonce lundi par un de ses dirigeants, Eli Yishaï, qu’il quittait le parti.

Le sondage a été réalisé mardi auprès de 505 personnes représentatives de la population israélienne, et comporte une marge d’erreur de 4,2 %.

Par ailleurs, le député Moshe Feiglin, membre de l’aile la plus dure du Likud, a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux primaires qui sont prévues le 31 décembre et où Benjamin Netanyahu briguera l’investiture du parti.