Israël a affirmé vendredi que son armée de l’air avait ciblé en Syrie des armes « sophistiquées » destinées au Hezbollah libanais qui combat aux côté du régime de Bachar al-Assad dans le pays en guerre.

Le raid israélien survenu avant l’aube près de Palmyre (centre) a provoqué une riposte anti-aérienne de l’armée syrienne et un tir de missile intercepté, en direction du territoire israélien, le plus sérieux accrochage entre les deux pays voisins depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011.

L’armée syrienne a affirmé avoir abattu un avion israélien et en avoir atteint un deuxième, ce qu’Israël a réfuté.

Dans des déclarations retransmises par les principales chaînes de télévision du pays, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé que le raid avait visé des armes « sophistiquées » destinées du Hezbollah libanais, ennemi juré de l’Etat hébreu.

Le raid mené par l’aviation israélienne en Syrie a visé des armes « sophistiquées » destinées du Hezbollah libanais, a affirmé vendredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en affirmant que ce genre de frappes allaient se poursuivre.

« Quand l’on identifie des tentatives de transfert d’armes sophistiquées au Hezbollah et que nous avons des informations des services de renseignement à ce sujet, nous agissons pour les prévenir », a dit M. Netanyahu à la télévision après un sérieux accrochage entre les armées syrienne et israélienne.

Il a souligné que l’armée de l’air mènerait de nouveau de tels raids si cela s’avèrerait nécessaire.

« Quand l’on identifie des tentatives de transfert d’armes sophistiquées au Hezbollah et que nous avons des informations des services de renseignement à ce sujet, nous agissons pour les prévenir », a dit M. Netanyahu.

« C’est ce qui s’est passé et c’est comme cela que nous continuerons d’agir », a-t-il ajouté. « Nous sommes totalement déterminés, comme nos actions le montrent. Tout le monde doit tenir compte de cela. tout le monde », a encore dit le Premier ministre.

Il est exceptionnel qu’Israël confirme sur le coup de tels raids.

En avril 2016, M. Netanyahu avait admis qu’Israël avait attaqué des dizaines de convois d’armes destinés au Hezbollah. Israël a aussi pris pour cible des positions syriennes sur le Golan en réponse à des tirs présumés perdus provenant du conflit de l’autre côté de la ligne de démarcation.

Le Premier ministre israélien a exprimé à plusieurs reprises son souci que l’Iran, soutien du Hezbollah, non seulement ne poursuive le transfert d’armements sophistiqués à son allié, mais n’ouvre graduellement un front près du territoire israélien.

Après la frappe de vendredi, l’armée israélienne a fait état de plusieurs tirs de missiles anti-aériens syriens, dont l’un a été intercepté par le système israélien de défense anti-aérienne.

Ce missile visait un avion déjà dans l’espace israélien de retour de sa mission, selon les médias israéliens. Il aurait été abattu par le système Arrow, ce qui serait l’un des tout premiers cas d’usage opérationnel d’Arrow.

Les sirènes d’alerte se sont déclenchées dans plusieurs localités israéliennes de la vallée du Jourdain, qui sépare Israël de la Jordanie et remonte en direction de la Syrie. Des témoins ont fait état de deux explosions qui pourraient évoquer l’entrée en action d’Arrow.

Des débris de missiles sont retombés à Irbid, dans le nord de la Jordanie.

La riposte syrienne pourrait refléter une attitude plus agressive du régime Assad, conforté par ses victoires face aux rebelles et le soutien continu de la Russie, face aux raids régulièrement menés par Israël, estiment des experts israéliens.

Selon l’armée syrienne, quatre avions israéliens « sont entrés dans l’espace aérien (syrien) à 02H40 (00H40 GMT) via le territoire libanais et ont atteint une cible militaire près de Palmyre. Notre défense aérienne a abattu un appareil, touché un autre et forcé les autres à fuir ».

L’armée israélienne a démenti. « La sécurité de civils israéliens ou de l’appareil de l’aviation israélienne n’a à aucun moment été menacée ».

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre. Les relations sont d’autant plus tendues que le régime syrien est soutenu dans sa bataille contre les rebelles et les jihadistes par le Hezbollah mais aussi l’Iran, l’autre bête noire d’Israël.