Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué une rencontre « très, très chaleureuse » avec le président américain Donald Trump. Il a ajouté que les implantations étaient « un problème » mais n’était pas « le problème » qui ralentissait la paix avec les Palestiniens.

La veille, Trump avait demandé à Netanyahu, durant leur conférence de presse conjointe à la Maison Blanche, de faire preuve de retenue pour un temps » dans les implantations.

Jeudi, le Premier ministre a rencontré le vice-président américain Mike Pence pour discuter de l’établissement d’un mécanisme pour coordonner cette question.

« Je pense que c’est un problème, mais je ne pense pas que ce soit le problème », a déclaré Netanyahu à la chaîne d’informations MSNBC.

« Parce que le cœur de ce conflit, entre nous et les Palestiniens n’est pas telle ou telle implantation, telle ou telle communauté. C’est leur refus persistant et constant de reconnaître un État juif, quelles que soient ses frontières ».

Le Premier ministre a déclaré que la question des implantations « a été instillée dans l’esprit des gens » comme s’il s’agissait de l’obstacle central qui entrave la paix.

« Sachez que c’est une question sur laquelle nous avons accepté de discuter. Nous avons mis en place un mécanisme pour tenter de parvenir à un accord », a-t-il ajouté, en parlant des Israéliens et du gouvernement américain.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Dans une interview, Netanyahu a refusé de comparer Trump à son prédécesseur Barack Obama.

« Je ne vais pas commencer à noter les présidents. Je vais vous dire que j’ai eu un entretien très, très chaleureux avec le président Trump, avec des affinités et de l’amitié, et je pense que c’est ce que ressent le peuple américain à l’égard du peuple d’Israël. Et je vous assure que le peuple d’Israël éprouve une grande affection à l’égard du peuple américain », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre n’a pas explicitement soutenu la solution à 2 États, ni celle d’un État binational. « J’ai toujours dit que les étiquettes n’étaient pas importantes. Ce qui compte, c’est le contenu », a-t-il souligné.

Netanyahu a répondu à la requête de Trump, de freiner l’activité dans les implantations, en s’engageant à coordonner les positions d’Israël et celles de la Maison Blanche sur la construction en Cisjordanie « pour que l’on ne se tape pas dessus à chaque fois sur ce sujet ».

Trump et Netanyahu se sont entretenus dans le Bureau ovale, après la conférence de presse. La Maison Blanche a déclaré qu’ils avaient « abordé la question de la construction dans les implantations israéliennes » et « accepté de continuer ces discussions et de travailler pour trouver une approche qui permettra de parvenir à la paix et à la sécurité ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le vice-président américain Mike Pence à Washington DC, le 16 février 2017. (Crédit : Avi Ohayun/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre le vice-président américain Mike Pence à Washington DC, le 16 février 2017. (Crédit : Avi Ohayun/GPO)

Lors d’un point presse avec des journalistes israéliens et internationaux après cet entretien, Netanyahu a confirmé que l’administration Trump et Israël « veulent trouver un accord [sur les implantations. Nous en avons parlé et nous en parlerons encore jusqu’à ce que nous trouvions un accord ».

Netanyahu a également annoncé récemment que les projets de construction de 6 000 unités de logement en Cisjordanie et à Jérusalem Est se poursuivront. Cependant, il a été réticent à s’exprimer sur la création d’une nouvelle implantation, qu’il s’est engagé à créer pour dédommager la communauté d’Amona qui a été évacuée au début du mois, sur ordre de la Cour suprême.

En effet, leur avant-poste était construit sur des terres privées palestiniennes. Il a ajouté qu’il tiendrait compte de la requête de Trump, de freiner les implantations.

Le projet d’une nouvelle implantation « est en train d’être négocié », a déclaré Netanyahu, mais « si un président tellement cordial demande d’étudier la question, je pense qu’il est normal de faire cet effort ».

Il a indiqué qu’à « Jérusalem, nous continuerons à construire, et tout ce qui a déjà été annoncé sera construit. Mais tout le reste devra être discuté et nous parviendrons à un accord ». Il a ajouté que les États-Unis et Israël « sont d’accord sur tout le reste, nous devons donc étudier toutes les demandes sur ce sujet, parce que c’est dans notre intérêt ».

Cependant, un peu plus tard son bureau a émis un communiqué affirmant que « certains gros titres sont inexacts. Le Premier ministre n’a pas déclaré qu’il était prêt à freiner les constructions ».