Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a lancé une attaque cinglante contre l’Autorité palestinienne mardi, l’accusant d’hypocrisie suite aux informations selon lesquelles les Palestiniens seraient prêts à accuser les Israéliens de crimes de guerre auprès de la Cour pénale internationale (CPI) de la Haye.

« Pendant que nous parlons, l’Autorité palestinienne a l’intention d’aller à la Cour pénale internationale et de venir nous y accuser de crimes de guerre », a déclaré M. Netanyahu lors d’un événement en présence de soldats de Tsahal.

« Quel incroyable culot ! L’Autorité palestinienne qui fait l’éloge des terroristes et d’assassins vient accuser l’armée israélienne, l’armée la plus morale du monde, de crimes de guerre ! »

Le Premier ministre a poursuivi en assurant les soldats que le gouvernement israélien ferait tout pour prévenir la mise en oeuvre de ces décisions de l’Autorité palestinienne.

Lundi, l’ambassadeur palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, a déclaré que les Palestiniens avaient atteint un consensus pour rejoindre la CPI dans l’espoir d’obtenir justice pour les « crimes d’Israël ».

« Nous considérons la CPI comme le mécanisme juridique international pour lutter contre l’impunité dont nous sommes victimes et demander des comptes à la justice », a-t-il déclaré dans une première adresse aux membres de la Cour.

« Nous nous tournons vers le tribunal par lequel le peuple palestinien désire obtenir justice pour les crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité, perpétrés par Israël, la puissance occupante. »

Mansour a déclaré que les Palestiniens étaient « profondément reconnaissants » pour l’invitation à participer à la réunion de l’Assemblée en tant qu’Etat observateur. Cela est devenu possible après que l’Assemblée générale de l’ONU a voté massivement en novembre 2012 pour mettre à jour le statut des Palestiniens de simple observateur à l’ONU à un Etat observateur sans droit de vote. Auparavant, les Palestiniens ne pouvaient y assister qu’en tant qu’« entité ».

Dans sa brève allocution, Mansour a accusé Israël d’avoir commis des crimes de guerre pendant la guerre de 50 jours contre le Hamas l’été dernier et d’avoir « construit des colonies » sur le territoire que les Palestiniens revendiquent pour leur futur Etat.

Israël a toujours fait savoir que l’armée israélienne avait été aussi prudente que possible pour éviter les victimes civiles pendant la guerre. Il déplore le lourd nombre de victimes civiles du Hamas en précisant que le groupe terroriste islamiste avait lancé des roquettes – et a attiré des représailles – à partir de cours d’école, de zones résidentielles et de mosquées. Environ 4 500 roquettes et autres projectiles ont été tirés sur Israël depuis la bande de Gaza au cours de cette guerre.

Plus de 2 100 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués dans les combats, selon les estimations des Nations unies et des Palestiniens. Israël soutient qu’au moins la moitié des personnes tuées étaient des combattants armés du Hamas. 72 pertes avaient été déplorées du côté israélien.