Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a parlé mardi soir au téléphone avec le président américain Barack Obama, et a exprimé les préoccupations d’Israël sur l’accord nucléaire iranien. Il a maintenu que la République islamique obtiendra des armes nucléaires avec ou sans l’accord.

« Le Premier ministre a souligné que l’accord soulève deux dangers principaux : il va permettre à l’Iran de se doter d’armes nucléaires – s’il respecte l’accord, à la fin des 10-15 ans, avant, si elle le rompt », selon une déclaration du bureau de Netanyahu.

« En outre, il va apporter des centaines de milliards de dollars au terrorisme et à la machine de guerre iranienne qui menace Israël et le monde entier », a affirmé Netanyahu à Obama.

Plus tôt, Netanyahu a critiqué l’accord nucléaire que les puissances mondiales ont négocié avec l’Iran et l’a qualifié d’ « erreur historique magnifique », tout en maintenant qu’Israël n’y était aucunement soumis.

« Israël n’est pas lié par cet accord avec l’Iran parce que l’Iran continue à chercher notre destruction. Nous nous défendrons toujours », a expliqué Netanyahu aux journalistes des médias étrangers à Jérusalem.

Le Premier ministre a fustigé les puissances mondiales pour avoir levé les sanctions contre la République islamique sans l’obliger à cesser de soutenir les mouvements des combattants dans la région, et de ne pas exiger de Téhéran qu’il démantèle ses installations dans le cadre de l’accord.

« En ne démantelant pas le programme nucléaire de l’Iran, en une décennie, cet accord donnera à un régime non réformé, impénitent et un régime terroriste beaucoup plus riche la capacité de produire plusieurs bombes nucléaires ; en fait un arsenal nucléaire dans son ensemble, avec les moyens de le livrer », a-t-il mis en garde. « Quelle erreur historique magnifique ».

Netanyahu a déclaré que les puissances mondiales « pariaient » que l’Iran allait changer dans la décennie à venir, « tout en éliminant toute incitation à le faire ».

L’accord « va récompenser l’Iran … avec des centaines de milliards de dollars », s’est-il insurgé. Cette « manne de trésorerie va alimenter le terrorisme de l’Iran dans le monde entier, son agression dans la région, et ses efforts pour détruire Israël, qui sont en cours ».

Le Premier ministre a également soutenu que l’accord nucléaire « répète les erreurs commises avec la Corée du Nord ».

« Et nous savons tous comment cela a fini », a-t-il ajouté avec une ironie désabusée, se référant à la capacité militaire nucléaire de Pyongyang.

Pendant ce temps, un fonctionnaire de l’administration américaine a déclaré mardi que la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU pour établir les échéanciers de la conformité de l’Iran avec l’accord pourrait être présentée bientôt.

La résolution rédigée par les Américains sera présentée « probablement dès la semaine prochaine » et a déjà le soutien de membres ayant le droit de veto de l’ONU qui ont pris part aux pourparlers Iran, a affirmé le fonctionnaire.

La résolution devrait autoriser les représailles économiques en réponse à toute violation de l’accord, mais évitera probablement de faire référence à des conséquences militaires.

Cependant, un autre responsable de l’administration, également sous couvert d’anonymat, n’a pas exclu la possibilité d’une action militaire américaine comme un dernier recours.

« Notre préférence est clairement de résoudre cela diplomatiquement », a déclaré le fonctionnaire.

« À l’avenir, celui-ci ou tout futur président des États-Unis auront toutes les options disponibles pour eux, y compris l’action militaire, s’ils ont le sentiment que cela s’avère nécessaire ».

« Si l’Iran se conforme à cet accord, nous sommes certainement persuadés qu’il ne serait pas nécessaire d’aborder la question nucléaire », a conclu le fonctionnaire.