L’Iran fait profiter la Corée du Nord de sa technologie nucléaire, a affirmé mercredi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un entretien accordé à un grand journal japonais.

Interrogé par le Mainichi Shimbun sur le fait de savoir si Téhéran avait fait profiter Pyongyang de sa technologie nucléaire, M. Netanyahu a répondu « oui, c’est exactement le cas », sans plus de détails.

Ces déclarations du premier ministre israélien, actuellement en visite au Japon, interviennent le jour même où l’Iran et les grandes puissances reprennent à Vienne leurs discussions pour fixer les limites du programme nucléaire iranien.

Après des mois de discussion et quelques premiers succès, la République islamique et les « 5+1 » (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) entament la rédaction d’un accord final.

L’objectif, après dix ans de tensions dangereuses, est que l’Iran rassure durablement le reste du monde sur le caractère exclusivement pacifique de son programme atomique, en échange d’une levée des sanctions internationales qui étouffent son économie.

A son arrivée, Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, avait prévenu que « la préparation du texte de l’accord demandera beaucoup d’efforts ».

Lundi M. Netanyahu et son homologue nippon Shinzo Abe avaient abordé le dossier nucléaire: Israël, Etat doté de l’arme atomique, s’inquiète du programme nucléaire civil de l’Iran, soupçonnant Téhéran de vouloir se doter de l’arme ultime, tandis que Tokyo vit sous la menace constante de la Corée du Nord et de ses visées nucléaires.

Les deux responsables avaient exprimé « leur ferme espoir d’une résolution rapide des problèmes et préoccupations créées » par les ambitions nucléaires de Pyongyang qui a déjà procédé à trois essais nucléaires.

Au cours d’une conférence de presse commune, M. Netanyahu avait indiqué que son homologue japonais lui avait exprimé sans ambiguïté ses inquiétudes sur la menace nord-coréenne.

« Les mêmes mots: un danger évident et actuel, s’appliquent sans aucun doute au programme nucléaire iranien », a déclaré M. Netanyahu.

« Tout comme la Corée du Nord, l’Iran veut conserver ses capacités militaires et nucléaires, tout en obtenant un assouplissement des sanctions (qui le visent). Nous ne pouvons pas laisser les ayatollahs gagner », avait-il martelé.

Mardi soir, durant une rencontre avec le chef de la diplomatie japonaise Fumio Kishida, il avait de nouveau qualifié l’Iran et la Corée du Nord d' »états voyous ».

Malgré les tensions et les pressions, le Japon, qui dépend fortement de la région moyen-orientale pour ses approvisionnements énergétiques, s’est attaché à conserver depuis des décennies de bonnes relations avec Téhéran, y compris diplomatiques.

Tokyo a ainsi accueilli en mars dernier le ministre iranien des affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.