Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé mardi à Chypre que l’Iran était une « redoutable » menace pour l’Europe, et accusé le Hezbollah libanais, proche de Téhéran, d’avoir des cellules à travers le continent.

Le mois dernier, un membre du mouvement islamiste a été condamné à de la prison à Chypre pour avoir planifié des attentats contre des Israéliens sur l’île méditerranéenne, dont les côtes ne sont situées qu’à environ 250 km d’Israël.

En visite officielle à Nicosie, où il a rencontré le président chypriote Nicos Anastasiades, M. Netanyahu a affirmé que « l’Iran et le Hezbollah organisent un réseau terroriste qui couvre plus de 30 pays sur les cinq continents, dont presque tous les pays en Europe ».

Israël est furieux de l’accord conclu le 14 juillet entre l’Iran et les grandes puissances sur le programme nucléaire de Téhéran.

M. Netanyahu a qualifié cet accord « d’erreur historique ».

Le Premier ministre israélien a ajouté que le groupe Etat islamique (EI), qui multiplie les exactions sur les territoires sous son contrôle en Irak et en Syrie et qui a aussi revendiqué des attentats ailleurs, était une menace pour l’Europe et Chypre.

« L’EI menace évidemment les sociétés européennes, les sociétés occidentales, les sociétés africaines, le monde entier », a lancé M. Netanyahu.

« Le danger le plus sérieux pour Chypre et l’Europe, c’est bien sûr le terrorisme », a-t-il ajouté.

Malgré sa proximité avec le Moyen-Orient, l’île de Chypre est relativement épargnée par ce type d’activités « terroristes ».

Mais, outre le Libanais incarcéré le mois dernier, un tribunal chypriote a condamné, en 2013, à quatre ans de prison un Suédois d’origine libanaise, ayant admis être membre du Hezbollah, pour avoir ciblé des Israéliens.

En 1988, un attentat contre l’ambassade israélienne sur l’île avait coûté la vie à trois personnes.

Le président Anastasiades a de son côté déclaré qu’il espérait que l’accord nucléaire iranien « aiderait à créer de la stabilité dans la région ».

Les deux hommes ont aussi discuté de l’exploration des réserves de gaz et de pétrole dans l’est méditerranéen, selon M. Anastasiades.

Le champ Aphrodite découvert en 2011 au large des côtes chypriotes contiendrait, selon les estimations, entre 100 et 170 milliards de m3 de gaz.

Israël a aussi découvert des réserves au large de ses côtes, et les deux pays espèrent pouvoir coopérer sur les question énergétiques.

« Nous pensons qu’en coopérant, nous pouvons mieux exploiter (le gaz naturel) et mieux le vendre, pour le bénéfice » de nos deux pays, a déclaré M. Netanyahu.