WASHINGTON – Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon mardi après-midi dans les bureaux de l’ONU à New York, et s’est plaint du fait que l’ONU avait des standards différents pour Israël de ceux des autres Etats.

Selon des sources au sein du Cabinet du Premier ministre, Netanyahu « a déclaré qu’il est injuste que les standards appliqués à Israël soient différents de ceux appliqués à d’autres pays ». Il a cité le nombre élevé de morts en Syrie, en soulignant que, contrairement à la Syrie, l’ONU ciblait Israël de manière disproportionnée pour le condamner et le critiquer.

Netanyahu a fait valoir que, contrairement au régime du président syrien Bashar el-Assad, Israël n’a pas ordonné d’attaques contre les civils et a ajouté qu’il regrettait tout préjudice causé à des innocents.

Le bureau du Premier ministre a également indiqué que Netanyahu s’est plaint au chef de l’ONU que le Conseil des droits de l’Homme ne concentrait pas son enquête sur le Hamas, qui aurait utilisé les installations de l’ONU afin de cacher des roquettes. Il a affirmé qu’Israël a bien du mal à lutter pour changer cela.

Répétant un thème mis en avant dans son discours lundi devant l’Assemblée générale des Nations unies, le Premier ministre a déclaré que le Conseil des droits de l’homme avait un parti pris contre Israël et défendait le Hamas.

Netanyahu a fait valoir que le Hamas était coupable d’avoir commis un double crime de guerre en utilisant les civils de Gaza comme boucliers humains et en tirant ses roquettes sur des civils israéliens ; il a comparé le Hamas à l’Etat islamique – sujet déjà abordé dans son discours.

Dans une référence au Haut Commissaire des Nations unies, Navi Pillay, pour sa plainte lors de l’opération Bordure protectrice selon laquelle les Gazaouis « n’avaient pas été équipés » de Dôme de fer pour se protéger des bombardements de Tsahal, Netanyahu a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de présenter des excuses pour le fait qu’Israël fabrique le Dôme de fer pour protéger ses propres citoyens.

Netanyahu a également précisé qu’il n’y a pas eu de changement dans sa position sur un Etat palestinien démilitarisé qui reconnaîtrait l’Etat hébreu, et sur ​​les arrangements sécuritaires qui permettraient à Israël de se défendre par lui-même contre toute menace. Il a ajouté que le conflit avec les Palestiniens ne portait pas sur la question des implantations mais sur le droit d’Israël à exister.

Le Premier ministre a rencontré le chef de file des Nations unies à l’issue d’une visite de trois jours à New York, centrée autour de son discours en séance plénière lundi.

Mercredi, Netanyahu rencontrera le président américain Barack Obama à Washington, où il continuera de défendre Israël face à l’Iran et sa capacité de produire des armes nucléaires – un thème qu’il a également abordé lors de sa rencontre avec Ban Ki-moon.