Netanyahu a réaffirmé jeudi son refus de tolérer que des forces iraniennes soient stationnées de manière permanente en Syrie ou à proximité d’Israël.

Depuis le kibboutz Sde Boker, dans le désert du Néguev, où David Ben Gurion a vécu jusqu’à sa mort, en 1963, Netanyahu a déclaré : « Nous blesserons tous ceux qui veulent nous blesser. Celui qui cherche à nous faire courir le risque de l’extermination, met sa propre en vie en danger. »

Il a ajouté que « nous avons été clairs, à de nombreuses reprises, sur le fait que nous n’accepterons pas que l’Iran ait des armes nucléaires entre les mains, ni ne permettrons l’implantation de forces iraniennes à proximité de nos frontières, dans la région syrienne en général, et nulle part ailleurs. Grâce aux efforts de plusieurs générations, nous avons créé quelque chose, ex nihilo, et nous ne laisserons personne nous ramener à cet état. »