Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé jeudi qu’il avait ordonné le déploiement de renforts « significatifs » de police et a accusé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas d’inciter aux troubles grandissants à Jérusalem.

« J’ai donné ordre de déployer des renforts significatifs ainsi que des moyens matériels supplémentaires pour assurer la sécurité à Jérusalem », a-t-il affirmé dans un communiqué.

« Nous sommes confrontés à une vague d’incitations de la part d’éléments islamistes radicaux ainsi que de la part du président de l’Autorité palestinienne Abou Mazen (Mahmoud Abbas), qui a dit qu’il fallait empêcher par tous les moyens les juifs de monter sur le mont du Temple », a ajouté le Premier ministre.

Il a de nouveau assuré n’avoir aucune intention de changer les règles régissant le site et qui autorisent les juifs à s’y rendre mais leur interdisent d’y prier.

Il a ainsi exprimé son refus de changer la loi comme l’exigent des activistes nationalistes religieux, dont Yehuda Glick, personnalité visée mercredi soir par une tentative d’assassinat dont l’auteur palestinien présumé a été tué par les policiers israéliens.

Il a appelé les activistes nationalistes juifs à ne pas se livrer à des représailles contre les Palestiniens. « Aucune des parties en présence ne doit se faire justice elle-même », a-t-il dit.

Benjamin Netanyahu a félicité le Shin Bet, le service de sécurité intérieure, et la police pour avoir éliminé le Palestinien accusé d’avoir grièvement blessé par balles Yehuda Glick mercredi soir.