Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lundi matin, pour lui demander de l’aider à trouver les trois adolescents enlevés.

La conversation, qui a rompu plus d’un an de silence entre les deux dirigeants, intervient deux jours après que Netanyahu ait tenu Abbas responsable de cet acte.

Abbas, pour sa part, a émis une condamnation officielle de l’enlèvement, mais également celle de l’opération israélienne en Cisjordanie.

« Je m’attends à ce que vous aidiez à ramener les jeunes et capturer les ravisseurs », a déclaré Netanyahu à Abbas. « Les ravisseurs du Hamas ont quitté le territoire sous contrôle de l’Autorité palestinienne et sont retournés dans une zone sous contrôle de l’AP. »

« Les répercussions du partenariat avec le Hamas doivent être comprises. Cela est mauvais pour Israël, mauvais pour les Palestiniens, et mauvais pour la région », a ajouté Netanyahu.

Aussi, lundi matin, la présidence palestinienne a condamné pour la première fois ce qu’elle a qualifié de « chaîne des événements qui ont eu lieu la semaine dernière, à commencer par l’enlèvement des trois jeunes israéliens, et se terminant par les violations israéliennes successives ».

Le communiqué palestinien a également critiqué Israël pour la grève de la faim des détenus palestiniens en détention administrative, la recherche de l’armée palestinienne de maisons palestiniennes en Cisjordanie et « l’assaut contre de nombreux innocents ».

Les forces de sécurité palestiniennes, poursuit le communiqué, ont travaillé à « maintenir l’ordre, le calme et la stabilité et d’empêcher les Palestiniens de se glisser dans l’anarchie et l’instabilité et de profiter de la situation à des fins antipatriotiques ».

Les forces israéliennes ont entrepris une chasse à l’homme pour retrouver les trois adolescents.

L’opération, qui met la pression sur le Hamas et la région de Hébron, inclut une coopération avec les forces de sécurité palestiniennes.