Le Premier ministre Benjamin Netanyahu part dimanche soir pour un voyage de dix jours en Argentine, en Colombie, au Mexique et aux Etats-Unis alors que ses problèmes judiciaires s’intensifient en Israël, que son épouse va être mise en examen et que son fils a scandalisé le pays avec un post publié sur Facebook qui a été jugé antisémite.

Pour l’instant, on ne sait pas si son épouse Sara l’accompagnera. De manière inhabituelle, le bureau du Premier ministre n’a cité que son nom à lui dans un communiqué publié vendredi sur ce voyage, ne précisant pas si Sara Netanyahu serait à ses côtés.

Netanyahu voyage rarement sans son épouse, et son bureau précise généralement dans ses annonces qu’elle l’accompagne.

Le voyage, jugé « historique » par Jérusalem car il est le premier d’un Premier ministre israélien en exercice en Amérique latine, se déroule alors que vendredi dernier, le procureur général Avichai Mandelblit a annoncé qu’il mettrait Sara Netanyahu en examen pour fraude, car elle aurait détourné quelque 360 000 shekels d’argent public pour son usage personnel.

Dessin publié par Yair Netanyahu sur son compte Facebook, le 8 septembre 2017. (Crédit : capture d'écran Facebook)

Dessin publié par Yair Netanyahu sur son compte Facebook, le 8 septembre 2017. (Crédit : capture d’écran Facebook)

Le Premier ministre est suspect dans deux enquêtes criminelles, l’Affaire 1000, dans laquelle il est soupçonné d’avoir accepté des cadeaux illégaux de riches hommes d’affaires, et l’Affaire 2000, qui se penche sur un accord de compromis présumé entre Netanyahu et Arnon Moses, le propriétaire du quotidien le plus vendu du pays, Yedioth Ahronoth.

Netanyahu dément toute malversation.

De plus, dans l’Affaire 3000, de plus en plus de ses anciens proches ont été arrêtés et interrogés sur leur implication dans des faits de corruption présumés dans le cadre d’un achat, pour plusieurs milliards de shekels, de navires de guerre à un armateur allemand. Netanyahu n’est pas suspecté dans cette affaire, mais le fait que l’achat ait été conclu sous son mandat et que de nombreux proches soient impliqués, a poussé certains de ses détracteurs à l’appeler à démissionner.

Dimanche soir, Netanyahu et son entourage, dont une délégation d’hommes d’affaires, doivent décoller pour Buenos Aires. Il y rencontrera le président argentin Mauricio Macri et assistera à des cérémonies de commémoration de deux attentats du début des années 1990, qui avaient visé des Juifs et des diplomates israéliens.

Le 17 mars 1992, un terroriste s’est fait exploser dans le complexe de l’ambassade israélienne, tuant 29 personnes, dont des Israéliens, et faisant 220 blessés.

La place Embajada de Israel de Buenos Aires, où se situait l'ancienne ambassade d'Israël en Argentine. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israël)

La place Embajada de Israel de Buenos Aires, où se situait l’ancienne ambassade d’Israël en Argentine. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israël)

Deux ans après, le 18 juillet 1994, 85 personnes ont été tuées et 300 blessées dans le bâtiment du l’AMIA, l’Asociación Mutual Israelita Argentina, l’attentat le plus important de l’histoire de l’Argentine.

Des enquêteurs argentins ont accusé cinq anciens responsables iraniens d’avoir commandité auprès du groupe terroriste chiite du Hezbollah l’attentat contre le centre communautaire, le plus sanglant qu’ait connu l’Amérique du sud. L’Iran a démenti tout rôle dans cette attaque.

Netanyahu déposera une gerbe de fleurs sur l’ancien site de l’ambassade avant de se rendre au centre AMIA pour une cérémonie, où seront présents les dirigeants de la communauté juive locale et des proches des victimes.

Un homme marche dans les décombres après l'explosion d'une bombe à l'Association mutuelle israélite argentine (centre AMIA) à Buenos Aires, le 18 juillet 1994, tuant 85 personnes et en blessant environ 300 autres. (Crédit : Ali Burafi/AFP)

Un homme marche dans les décombres après l’explosion d’une bombe à l’Association mutuelle israélite argentine (centre AMIA) à Buenos Aires, le 18 juillet 1994, tuant 85 personnes et en blessant environ 300 autres. (Crédit : Ali Burafi/AFP)

Mardi, Netanyahu doit déposer une gerbe de fleurs au monument rendant hommage au général San Martin et aux armées de l’indépendance avant de rencontrer le président Mauricio Macri. Pendant ce rendez-vous, Israël et l’Argentine signeront des accords sur la sécurité publique, les douanes et les assurances sociales, ainsi que sur les archives de la Shoah, selon le bureau du Premier ministre.

Après une conférence de presse, ils seront rejoints par le président du Paraguay, Horacio Cartes pour un déjeuner, avant que Netanyahu ne se rende à un forum économique pour des hommes d’affaires argentins et israéliens.

Mercredi matin, la délégation du Premier ministre se rendra à Bogota pour une visite éclair de quelques heures, pour rencontrer le président colombien Juan Manuel Santos, signer une série d’accords bilatéraux dans les domaines des sciences et de la coopération touristique, et rendre visite à la communauté juive locale.

Les projets de Netanyahu n’ont pas été modifiés par le séisme de vendredi, le plus fort ayant frappé le Mexique en un siècle, qui a tué des dizaines de personnes et a été ressenti dans la capitale.

L'étendue des dégâts à Minatitlan, au Mexique,après un séisme d'une magnitude de 8,2, le 7 septembre 2017. (Crédit : Carlos Santos, Lizbeth Cuello/AFPTV/AFP)

L’étendue des dégâts à Minatitlan, au Mexique,après un séisme d’une magnitude de 8,2, le 7 septembre 2017. (Crédit : Carlos Santos, Lizbeth Cuello/AFPTV/AFP)

Le 15 septembre, Netanyahu partira pour New York, où il s’exprimera quatre jours après à l’Assemblée générale des Nations unies. Il doit aussi tenir plusieurs réunions dans la ville, notamment avec le président du Panama, Juan Carlos Varela. La date et le lieu de ces rendez-vous n’ont pas encore été annoncés.

Le 19 septembre, le Premier ministre prononcera son discours annuel à l’Assemblée générale des Nations unies. Quelques minutes après la fin de celui-ci, il se rendra à l’aéroport pour arriver en Israël avant le début du Nouvel an juif, qui commence cette année le 20 septembre.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.