L’ancien gardien de la résidence officielle du Premier ministre a témoigné pendant 11 heures au poste de police dans la nuit de jeudi à vendredi contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu après avoir bénéficié d’une immunité limitée de poursuites.

Menny Naftali a fourni des enregistrements et des documents détaillant l’exploitation financière alléguée par le couple Netanyahu.

Les documents seront transférés à la justice et le procureur général Yehuda Weinstein décidera alors s’il faut ordonner une enquête de police à l’encontre des Netanyahu.

Le calendrier devant une telle décision pourrait être politiquement significatif, étant donné qu’Israël retourne aux urnes pour les élections législatives prévues le 17 mars prochain.

Jeudi, le Premier ministre Netanyahu a embauché l’avocat Jacob Weinroth pour le défendre dans le cas d’une éventuelle enquête criminelle susceptible de faire surface après les allégations de Naftali.

Plus tôt cette semaine, le contrôleur de l’Etat, Yossef Shapira a publié un rapport sur les dépenses du Premier ministre.

Le parti de Netanyahu a publiquement blâmé Naftali quant aux allégations sur les dépenses excessives de la résidence du Premier ministre et sur le domicile des Netanyahu situé à Césarée qui a aussi été détaillé dans le rapport du contrôleur.

Furieux, Naftali, qui était déjà impliqué dans une procédure judiciaire contre les Netanyahu, est retourné à la police et a livré un témoignage supplémentaire.

A l’origine, les allégations sur les dépenses des Netanyahu ne semblaient pas être susceptibles de nuire aux chances de Netanyahou de gagner les élections du 17 mars.

Ainsi, de multiples sondages montraient que l’affaire avait eu peu d’impact sur les intentions des électeurs. Néanmoins, l’ouverture d’une enquête criminelle sur les dépenses de Netanyahu pourrait s’avérer ici préjudiciable.

Efraim Bracha, chef de la brigade des fraudes, a écouté le témoignage de Naftali jusqu’à 5 heures du matin ce vendredi.

Menny Naftali (Crédit : Flash 90)

Menny Naftali (Crédit : Flash 90)

L’avocat de Naftali, Ofer Almog, a déclaré que le témoignage de son client était « bizarre et qu’il [devait] être examiné.

« Je suis choqué que, jusqu’à présent, il [le témoignage] n’ait jamais été éxaminé, » a déclaré Almog, cité par le site Ynet.

Selon la Deuxième chaîne, Netanyahu a commencé « à se préparer à une enquête criminelle, » après l’annonce jeudi que Naftali bénéficierait de l’immunité de poursuites.

Le reportage de la Deuxième chaîne a ajouté que le bureau du procureur général examinait les détails au-delà de ce qui était écrit dans le rapport du contrôleur de l’État, publié mardi. Selon des soupçons cités dans le reportage télévisé, les Netanyahu auraient systématiquement utilisé des fonds publics pour financer des dépenses privées.

La Deuxième chaîne et d’autres rapports provenant des médias hébreux ont suggéré que l’octroi de l’immunité à Naftali indique que l’affaire prend une plus importante tournure. Le quotidien Haaretz, citant des sources anonymes du Likud, affirme qu’ils étaient « préparé à la possibilité » que Netanyahu fasse l’objet d’une enquête.

Jacob Weinroth (cRÉDIT : fLASH 90)

Jacob Weinroth (cRÉDIT : fLASH 90)

Weinroth avait défendu l’ancien Premier ministre Ariel Sharon à la fin des années 1990. Lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères, Sharon avait fait face à des accusations de fraude, de corruption et d’entrave à la justice.

En 2007, Weinroth a également représenté l’ancien ministre des Finances Avraham Hirschson, qui allait purgé une peine de prison pour détournement de fonds publics.

Naftali a témoigné volontairement à la brigade de fraude de la police il y a deux semaines. Et certains détails qu’il avait évoqués ont été retrouvés dans le rapport du contrôleur de l’État, publié mardi.

Après avoir divulgué aux enquêteurs, les multiples irrégularités financières durant 90 minutes, Naftali a demandé l’immunité, disant que d’autres témoignages révéleraient des incidents qui pourraient l’impliquer.

Les enquêteurs de la brigade de fraude de la police ont alors décidé d’arrêter le témoignage de Naftali à ce moment-là et se sont tournés vers le procureur général Yehuda Weinstein afin qu’il approuve la demande.

Le bureau du procureur général a alors examiné le témoignage de Naftali et lui a accordé l’immunité.

Naftali a servi comme gardien de la résidence du Premier ministre pendant près de deux ans. Il a démissionné après qu’il n’ait pas obtenu le poste qui, selon lui, lui avait été promis.

Il a déposé une plainte contre le bureau du Premier ministre ; le directeur général adjoint des opérations au bureau, Ezra Saidoff, l’épouse du Premier ministre, Sara Netanyahu et Netanyahu lui-même.

Naftali réclame 1,1 million de shekels de dommages et intérêts. Il a également poursuivi séparément Netanyahu pour diffamation suite à une interview où Netanyahu a déclaré que Naftali avait été renvoyé, alors que selon lui, il a démissionné de son propre chef.

Naftali a récemment demandé au tribunal du travail de Jérusalem d’appeler Sara Netanyahu à témoigner. Sara Netanyahu est censée témoigner après les élections du 17 mars.