Netanyahu a invité les dirigeants arabes des Conseils régionaux à assister à une réunion à la résidence du Premier ministre.

Des sources du Likud disent espérer que cette entrevue désamorcera les tensions créées par les commentaires de Netayahu, le jour des élections, au sujet du taux de participation élevé des Arabes.

Selon le site d’informations NRG, le Premier ministre espère aussi que cette rencontre enverra un message positif au président américain Barack Obama qui l’a critiqué pour ses commentaires.

Netanyahu a, par ailleurs, présenté ses excuses pour les commentaires qu’il avait prononcés le jour de l’élection lors de cette rencontre.

« Je sais que les choses que j’ai dites il y a quelques jours ont offensé certains citoyens israéliens et blessé les citoyens arabes. Je n’avais pas l’intention de blesser qui que ce soit, et je suis désolé si c’est le cas », a déclaré Netanyahu.

Dans une pique subtile lancée à Obama, il ajoute : « mes actions en tant que Premier ministre, dont mon formidable investissement dans le domaine des minorité prouvent le contraire. Je pense, aussi, que nous ne devrions pas laisser une personne extérieure à l’Etat d’Israël intervenir dans notre processus démocratique. »

« Je me considère comme le Premier ministre de chacun d’entre vous, de tous les citoyens d’Israël, quel que soit leur confession, leur race ou leur genre. Je vois tous les citoyens d’Israël comme des partenaires pour construire un Etat prospère et un Etat pour tous les citoyens. »

Le leader d’Yisraël Beitenu, Avidgor Liberman, affirme pour sa part que la Liste arabe unie est encore plus raciste que le Premier ministre, dont les commentaires le jour des élections continuent à le hanter.

« Il y a un grand problème ici quand il n’y a personne pour condamner la déclaration du chef des bureaux de communication de l’un des partis arabes, qui a déclaré que l’Etat islamique était l’héritier du mouvement islamique. »

« Il y a aussi eu quelques remarques glaçantes de la députée Hanin Zoabi, qui a défini le Hamas comme un mouvement de libération et qui a refusé de condamner le meurtre de trois jeunes [tués juste avant la guerre de Gaza de cet été]. Personne n’a condamné ces déclarations », a déclaré Liberman. (Sa déclaration a été reprise par Ynet.)

Liberman poursuit en affirmant qu’ignorer les commentaires racistes des députés arabes « c’est ignorer la réalité et légitimer ce parti dans le climat politique d’Israël ».

La Liste arabe unie a réagi aux propos de Netanyahu et rejette ses excuses.

Dans un tweet, le parti déclare : « Malheureusement, le racisme de Netanyahu et de ses gouvernements n’ont pas commencé et ne prendront pas fin avec ce commentaire. »

« Les législations racistes et les politiques discriminatoires font aussi partie des plans de Netanyahu pour la prochaine Knesset. Donc, nous pouvons rejeter ses excuses et continuer à lutter pour l’égalité de la population arabe. (…) La Liste unie appelle Netanyahu à rendre le mandat qu’il a reçu en incitant à la haine et en intimidant. »

« Elles ne sont pas acceptables car Benjamin Netanyahu prévoit non seulement de faire voter des lois racistes, mais avec ses déclarations, il a contesté le droit élémentaire des arabes israéliens à aller voter pour la Knesset (le Parlement) », a affirmé lundi M. Odeh à la deuxième chaîne de télévision privée.

« Netanyahu ne peut pas être sincère alors qu’il n’a pas invité les représentants légitimes qui ont obtenu plus de 90% des voix de la communauté arabe pour présenter ses excuses », a-t-il ajouté.

Selon la deuxième chaîne de télévision, les Arabes israéliens reçus lundi par Benjamin Netanyahu faisaient partie de la minorité de cette communauté qui est favorable au Likud.