Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pressé jeudi la Cour pénale internationale (CPI) de rejeter la demande d’adhésion palestinienne en faisant valoir qu’elle émanait non pas d’un Etat, mais d’une « entité » liée à une organisation « terroriste ».

« Nous attendons de la CPI qu’elle rejette la demande hypocrite faite par l’Autorité palestinienne, qui n’est pas un Etat, mais une entité liée à une organisation terroriste, le Hamas, auteur de crimes de guerre », a dit M. Netanyahu selon un communiqué publié par ses services.

Il s’exprimait après avoir réuni certains de ses collaborateurs au ministère de la Défense à Tel-Aviv pour discuter de la réponse à apporter à la demande d’adhésion à la CPI signée la veille par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Abbas a mis mercredi à exécution une menace brandie depuis des années en signant la demande d’adhésion à la CPI. La cour, qui siège à La Haye (Pays-Bas) a pour mission de poursuivre les auteurs de génocides, crimes contre l’humanité ou crimes de guerre.

Une adhésion à cette cour, rendue possible par l’obtention fin 2012 du statut d’Etat observateur à l’ONU, est censée permettre aux Palestiniens d’engager des actions légales contre des dirigeants israéliens pour leur conduite des différentes guerres comme celle de juillet-août 2014 à Gaza, ou encore pour les agissements en tant « qu’occupants ».