Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononcera le discours d’ouverture lors du rassemblement de droite à Tel Aviv ce dimanche soir, quelques jours avant les élections du 17 mars.

Le rassemblement, organisé par les colons activistes associés au parti de droite de HaBayit HaYehudi, accueillera également le président du parti Naftali Bennett. Bennett devrait également s’adresser à la foule.

Comme l’a rapporté le site d’actualités Walla, les organisateurs du rassemblement ont fait savoir qu’ils attendaient plus de 30 000 personnes.

Netanyahu, dont le parti Likud est actuellement devancé de quatre sièges par l’Union sioniste dans certains sondages, a pesé le pour et le contre pendant plusieurs jours quant à sa participation à l’événement, en raison de la présence attendue de militants d’extrême-droite d’une part, et de peur d’être décrit comme un adversaire d’une solution à deux Etats d’autre part.

En outre, certains observateurs pensent que sa présence peut stimuler davantage la campagne de Bennett que la sienne. Les deux partis ferraillent en effet pour s’attirer les électeurs de droite.

L’événement aura lieu dans le centre de Tel Aviv, sur la place Rabin qui a accueilli une manifestation de 40 000 personnes contre Netanyahu la semaine dernière.
Mais le parti de gauche Meretz s’efforce d’empêcher l’événement de se produire.

Le secrétaire général du parti, Dror Morag, et le candidat à la Knesset Mosi Raz doivent soumettre une pétition au Comité central des élections ce dimanche, alléguant que les fonds publics financent illégalement le rassemblement.

La requête affirme que les conseils régionaux en Cisjordanie de Gush Etzion, du Mont Hébron, et de la vallée du Jourdain utilisent leurs fonds pour supporter l’événement, en violation des règles de la campagne.

Bennett s’est félicité du rassemblement à venir. « Nous ne laisserons pas le désespoir prendre le dessus ; cela va être une bonne démonstration de force de la part de la vraie union nationale » a déclaré Bennett, jouant avec le nom du parti de Tzipi Livni et Isaac Herzog, « l’Union sioniste ».

Des milliers d'Israéliens anti-Netanyahu rassemblés à Tel Aviv - 7 mars 2015 (Crédit : Jack Guez/AFP)

Des milliers d’Israéliens anti-Netanyahu rassemblés à Tel Aviv – 7 mars 2015 (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le rassemblement anti-Netanyahu de la semaine dernière a compté parmi ses spectateurs l’ex-chef du Mossad, Meir Dagan, qui a critiqué vertement le Premier ministre et l’a accusé de mener le pays sur une pente dangereuse : « Nous avons un leader qui se bat pour un seul programme – le programme de sa propre survie politique ».

« Au nom de ce combat, il nous entraîne vers un Etat binational et vers la fin du rêve sioniste » a déclaré l’ancien chef du renseignement.

Aux côtés de Bennett, l’on compte parmi les participants attendus au rassemblement de dimanche soir le ministre des Transports Yisrael Katz et le chanteur ouvertement ultra-nationaliste Amir Benayoun.

Benayoun a été critiqué pour la création de plusieurs chansons qui ont été considérées comme très offensantes envers les Arabes et le président américain Barack Obama.