Netanyahu répond au rapport du Quartet
Rechercher

Netanyahu répond au rapport du Quartet

Le bureau du Premier ministre a salué la reconnaissance par le Quartet de l'incitation à la violence palestinienne

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour le 68e Jour de l'Indépendance d'Israël, le 11 mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube/Keren Hayesod USA)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour le 68e Jour de l'Indépendance d'Israël, le 11 mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube/Keren Hayesod USA)

Dans un communiqué, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a répondu au rapport publié par le Quartet pour la paix au Moyen Orient.

Il rappelle que dans les 24 heures précédant la publication du rapport du Quartet, des terroristes palestiniens ont poignardé et tiré trois fois sur des Israéliens innocents, tuant deux personnes et en blessant plusieurs autres.

« Aujourd’hui [vendredi], un jeune père a été tué et sa femme et ses enfants blessés quand leur voiture a été criblée de tirs. Hier, une jeune fille israélienne de 13 ans a été poignardée à mort dans son sommeil. Non seulement l’Autorité palestinienne n’a pas condamné ce meurtre horrible, mais elle a qualifié l’assassin de ‘martyr’ dans ses médias officiels », est-il écrit dans ce communiqué.

Le bureau du Premier ministre a reproché les « éloges » des Palestiniens « pour les meurtriers d’aujourd’hui, [qui] inspire ceux qui frapperont demain. Cette réponse reflète la faillite morale des dirigeants palestiniens et laisse planer peu de doutes sur ses véritables intentions. »

Nickolay Mladenov en 2013 (Crédit : ONU/Marco Castro)
Nickolay Mladenov en 2013 (Crédit : ONU/Marco Castro)

« Israël accueille donc positivement la reconnaissance par le Quartet de la place centrale de l’incitation et de la violence palestinienne dans le prolongement du conflit. Cette culture de haine empoisonne les esprits, détruit les vies et constitue le principal obstacle à l’avancement du processus de paix », continuait le communiqué.

Le bureau du Premier ministre a regretté que le rapport ne mentionne pas les sommes versées par les dirigeants palestiniens et l’Autorité palestinienne aux terroristes et à leurs familles, qui sont proportionnelles à la violence de l’attaque. Il a demandé la fin de cette pratique.

Il a rappelé l’engagement d’Israël pour « faire avancer la paix israélo-palestinienne à travers des négociations directes, bilatérales et sans conditions ».

D’après le bureau gouvernemental, « Israël et les Palestiniens se sont engagés à discuter de chaque question exclusivement à travers des négociations directes et bilatérales. Toutefois, le passé montre une histoire de rejet palestinien répété d’offres de négociations et de compromis proposés par des gouvernements israéliens de tous bords politiques. Israël ne peut pas négocier la paix avec lui-même. »

Le bureau de Netanyahu a également noté l’inquiétude du Quartet sur le renforcement militaire observé dans la zone de Gaza et la menace posée par le Hamas, organisation terroriste « génocidaire », pour les Israéliens et les Palestiniens.

Il a regretté que le Quartet ne puisse pas traiter la question centrale du conflit, qui est selon lui « le refus persistent des Palestiniens de reconnaître Israël comme l’état nation du peuple juif, dans n’importe quelles frontières. »

Construction dans l'implantation de Tekoa, en Cisjordanie, le 7 septembre 2014. Illustration. (Crédit : Flash90)
Construction dans l’implantation de Tekoa, en Cisjordanie, le 7 septembre 2014. Illustration. (Crédit : Flash90)

Il a affirmé que les constructions dans les implantations israéliennes en Cisjordanie ne constituait pas un obstacle à la paix, déclarant qu’il s’agissait d’un « mythe », et rappelé que quand Israël a gelé les constructions, il n’a pas obtenu la paix. Il a également souligné que quand Israël s’est retiré totalement de la bande de Gaza en 2005, « il n’a pas obtenu la paix; seulement la guerre. »

Pour le bureau de Netanyahu, « il est troublant que le Quartet ait adopté la point de vue que la présence de juifs en Cisjordanie empêche la solution à deux états. La présence de près d’1,8 millions d’arabes en Israël n’est pas une barrière à la paix ; c’est un témoignage de notre pluralisme et de notre engagement à l’égalité. »

Enfin, le bureau du Premier ministre a rejeté toute tentative de comparaison morale entre « construction et terrorisme », ainsi que « le lien évoqué entre la campagne de terrorisme palestinien et la violence d’éléments marginaux au sein de la société israélienne ». Il a ajouté que « le terrorisme est salué par les dirigeants palestiniens. Les violences israéliennes sont fermement condamnées et rejetées par les dirigeants israéliens de tous bords politiques. »

Enfin, il a rappelé qu’Israël « continuera à lutter pour une véritable paix négociée et basée sur la vision du Premier ministre Benjamin Netanyahu de deux états pour deux peuples. Alors que le rapport inclut des affirmations politiques et factuelles avec lesquelles nous avons des désaccords, Israël discutera avec les envoyés du Quartet pour explorer les pistes de solutions pour mettre un terme au conflit. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...