Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu dimanche soir dans le sud de Tel Aviv pour la deuxième fois en moins d’une semaine, ce qu’il a décrit comme un coup d’œil « sous couverture » sur la vaste communauté des migrants africains sans papiers de la zone.

Accompagné du ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, Netanyahu a visité les mêmes zones que celles qu’il avait vues jeudi, mais cette fois sans prévenir de son arrivée, afin de voir par lui-même ce que vivent les habitants du quartier, selon le porte-parole de Deri.

L’afflux de migrants africains dans les quartiers ouvriers de Tel Aviv ces dernières années a irrité les habitants, qui affirment que les demandeurs d’asile font augmenter le taux de criminalité.

Les protestations des habitants se sont intensifiées ces derniers jours, après un jugement de la Cour suprême, qui a indiqué que l’Etat ne pouvait détenir les migrants que pour 60 jours au maximum, et ne pouvait pas les expulser vers un pays tiers sans leur accord.

Deri et Netanyahu ont marché dans le quartier Neva Shaanan, dans le parc Levinsky et dans le quartier Hatikvah.

Dimanche, le Premier ministre a affirmé que les demandeurs d’asile, dont la plupart viennent du Soudan et d’Erythrée, étaient en fait des migrants économiques et non des réfugiés.