Sortant vendredi d’un interrogatoire policier de trois heures dans deux affaires de corruption présumée, Benjamin Netanyahu a envoyé un message de remerciement aux membres du Likud réunis à l’occasion d’un séminaire de son parti à Eilat, rejetant les accusations qui ont été lancées contre lui et promettant qu’il continuerait à assurer sa charge de Premier ministre « pendant de nombreuses années ».

« Ce soutien est particulièrement important au vu de la campagne de pressions incessantes qui est menée par certains éléments qui cherchent à influencer les forces chargées de l’application de la loi et le procureur général pour qu’il prononcent une inculpation contre moi », a-t-il écrit dans une lettre qui a été lue à voix haute pendant le séminaire.

« La réponse que j’ai à apporter à ces personnes est claire », a indiqué Netanyahu.

« Dans une démocratie, un gouvernement élu est remplacé par les urnes, et non à travers une campagne de pression exercée sur les autorités et sur le procureur-général. Nous pouvons être fiers du fait que les membres du mouvement du Likud aient, par-delà les années, soutenu leurs leaders et qu’ils se soient dressés à leurs côtés, contrairement à ce qui peut arriver dans d’autres partis ».

Se référant aux partisans de sa formation politique, Netanyahu a déclaré qu »‘ils, comme l’opinion publique israélienne, se sont pas dupes de ces attaques ».

« Je sens la profondeur du soutien qui m’est apporté au sein du parti du Likud ainsi que sur les réseaux sociaux », a-t-il poursuivi.

« Grâce à cet appui- et avec l’aide de Dieu – j’ai l’intention de continuer à diriger le parti du Likud et l’Etat d’Israël pendant de nombreuses années encore ».

Les enquêteurs de police arrivent au bureau du Premier ministre pour l'interroger pour la troisième fois dans le cadre de deux affaires de corruption, le 27 janvier 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les enquêteurs de police arrivent au bureau du Premier ministre pour l’interroger pour la troisième fois dans le cadre de deux affaires de corruption, le 27 janvier 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les enquêteurs de l’unité spéciale Lahav 433 sont arrivés au bureau de Netanyahu dans la matinée de vendredi pour procéder à son troisième interrogatoire dans ces affaires. Une nouvelle rencontre avec la police devrait avoir lieu « au milieu de la semaine prochaine », ont rapporté les médias hébréophones.

Cet interrogatoire, aujourd’hui, a concerné deux affaires : Les relations entre Netanyahu, sa famille et certains bienfaiteurs milliardaires, dont le producteur hollywoodien Arnon Milchan — dans le cadre de ‘l’Affaire 1 000’, et ses négociations pour trouver un accord avec l’éditeur du journal Yedioth Ahronoth, évoquée sous le nom d »Affaire 2000′.

Arnon Mozes a été interrogé jeudi pour la sixième fois dans le cadre de l’enquête portant sur des négociations qu’il aurait menées avec Netanyahu sur la façon de réduire l’hostilité du journal israélien à l’égard du Premier ministre afin de le maintenir au pouvoir. Aucun accord n’avait été ultérieurement appliqué.

La Dixième chaîne a fait savoir mercredi que la police allait probablement réclamer une inculpation de Netanyahu pour les cadeaux offerts par Milchan, ce dossier étant pour le moment le plus avancé parmi les enquêtes multiples dont il est l’objet. Le rapport indiquait que l’enquête devrait être conclue dans les prochaines semaines.

Les membres du Likud réunis à l'occasion d'un séminaire à Eilat le 27 janvier 2017 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les membres du Likud réunis à l’occasion d’un séminaire à Eilat le 27 janvier 2017 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

La radio israélienne a rapportait que le procureur général serait enclin à inculper le Premier ministre pour abus de confiance dans cette affaire, en écartant les charges de corruption. Il n’y a eu aucune confirmation officielle de ces éventuelles inculpations.

Netanyahu, pour sa part, dément toute malversation.

Netanyahu a opté très largement pour la provocation face aux enquêtes lancées contre lui, qui sont au nombre de quatre. Dans ‘l’Affaire 3000’ — surnommée l’affaire du sous-marin – l’avocat personnel de Netanyahu David Shimron est soupçonné d’avoir influencé la souscription d‘accords d’un montant portant sur un montant de plusieurs milliards de shekels en faveur d’une entreprise allemande de construction navale, ThyssenKrupp, qu’il représentait en Israël.

La police réfléchit à lancer une nouvelle enquête sur Netanyahu dans ce cadre, pour vérifier s’il a pu se rendre coupable d’une infraction pénale.

Aucun détail n’est pour le moment connu sur la quatrième affaire, ‘l’Affaire 4000’.

Jeudi, Netanyahu sur sa page Facebook a déploré les « pressions infligées par les médias et certains politiciens sur l’avocat général et les autorités chargées de l’application de la loi, pour qu’elles prononcent une inculpation contre le Premier ministre, quel qu’en soit le prix ».

« C’est une tentative de coup d’état, d’une manière non démocratique », a-t-il écrit.