Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a condamné mercredi soir les commentaires du président du Parlement européen Martin Schulz, qui a évoqué un accès inégal à l’eau pour les Palestiniens par rapport aux Israéliens, lors d’un discours à la Knesset.

S’adressant à l’assemblée plénière, Netanyahu a accusé l’Union européenne d’avoir « l’ouïe sélective », une caractéristique de nombreux milieux européens, selon le Premier ministre.

« Il a raconté qu’il avait visité Ramallah et entendu [des Palestiniens dire] qu’un citoyen israélien utilise quatre fois plus d’eau qu’un Palestinien », a déclaré le Premier ministre en parlant de Schulz.

« Selon les données de la compagnie palestinienne des eaux et les nôtres, cela est faux. Le président du Parlement a affirmé de manière honnête, ‘Je n’ai pas vérifié’. Mais ça ne l’a pas empêché de propager des calomnies », a regretté Netanyahu.

« Tout en répétant des accusations contre Israël sans les vérifier, ils se bouchent les oreilles sur de nombreux autres sujets », a affirmé Netanyahu, faisant notamment référence aux garanties de Schulz que l’Iran n’appelait plus à la disparition d’Israël.

Mercredi matin, le président du Parlement israélien s’est exprimé devant la Knesset, réunie en session plénière. Son discours plutôt pro-israélien comprenait le récit de sa rencontre avec des jeunes Palestiniens de Ramallah deux jours auparavant.

« Une des questions de ces jeunes qui m’a le plus marqué – même si je n’ai pas pu vérifier les chiffres exacts – était : comment se fait-il que les Israéliens aient besoin de 70 litres d’eau par jour et les Palestiniens seulement 17 litres ? », a-t-il noté.

Ce passage a provoqué un tollé chez plusieurs députés de droite, qui ont qualifié les chiffres palestiniens de mensonges. Plusieurs députés du parti Habayit Hayehudi, dont Orit Struck et Moti Yogev, ont quitté la Knesset. Quelques minutes après la fin du discours de Schulz, le ministre de l’Economie et président de Habayit Hayehudi a publié un communiqué réclamant des excuses.

L’attitude de la droite a suscité de violentes critiques de la part de députés pacifistes.

« Le comportement des députés de Habayit Hayehudi est honteux et scandaleux », a déclaré le chef de l’opposition Isaac Herzog (travaillistes). « Je pense que certains [députés] n’ont même pas écouté le discours », a-t-il annoncé à la radio peu de temps après l’incident. « Mes collègues et moi-même sommes gênés. Nous connaissons Martin Schulz. Il défend la position d’Israël, y compris au Parlement européen. »

Dans un discours prononcé en allemand, sa langue maternelle, Martin Schulz a assuré que l’Union européenne n’avait pas initié et n’initierait pas de boycott contre Israël. Il a également affirmé le droit du peuple juif à vivre en paix et en sécurité. Toutefois, il a critiqué la politique d’implantations israéliennes et suggéré à Israël d’envisager l’allègement du blocus de Gaza.

Après son discours, Martin Schulz s’est entretenu avec le président Shimon Peres, qui l’a remercié pour ses efforts en faveur de la paix malgré des divergences politiques.

« Je souhaite vous remercier pour l’intérêt que vous manifestez au processus de paix, qui est dans une période cruciale. Nous négocions parce que nous sommes en désaccord et nous faisons tous des efforts pour surmonter ces différences », a déclaré Peres.

Raphael Ahren et Haviv Rettig Gur ont contribué à cet article