Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’en est pris vivement aux Nations unies dimanche pour avoir fermé les yeux sur l’incitation à la haine et à la violence des Palestiniens face à Israël, et à la place, de chercher à soutenir la surenchère de Ramallah – en vue d’un Etat – au Conseil de sécurité.

S’exprimant lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, Netanyahu a déclaré que l’Iran avait accru ses efforts pour armer les Palestiniens en Cisjordanie contre Israël, une décision qui selon lui a été encouragée par l’envoyé de l’Autorité palestinienne à Téhéran.

« Au cours des dernières semaines, nous avons vu un effort iranien accru pour intensifier les actions terroristes en Judée-Samarie, » a déclaré Netanyahu, utilisant à cette occasion le terme biblique pour évoquer la Cisjordanie. « L’ambassadeur de l’AP à Téhéran a affirmé en personne qu’il était enthousiaste au sujet des instructions de Khamenei d’envoyer des armes en Cisjordanie. »

Le Premier ministre s’est empressé de citer le diplomate palestinien qui a déclaré qu’Israël était « un cancer agressif et en croissance qui doit être détruit tôt ou tard, » soulignant que « ce n’est pas un membre du Hamas qui a dit cela, c’est l’envoyé de l’Autorité palestinienne à Téhéran. »

Le Premier ministre a condamné l’ONU pour n’avoir pas lutté contre l’incitation à la haine, et pour avoir soutenu la décision des Palestiniens d’adopter une résolution qui appelle Israël à se retirer de Cisjordanie et de Jérusalem-Est en 2017.

« Au lieu de faire face à cette incitation à la haine et à la violence, ils lui donnent une place d’honneur, » a-t-il déclaré à propos de l’ONU. L’organisme international souhaite également faire passer la résolution palestinienne « dont le but est d’imposer un règlement qui établira un second ‘Hamastan’ ici et mettra en danger notre sécurité. »

Le Premier ministre a promis qu’Israël « continuera à insister fermement sur ce que nous estimons être la vérité, et rejettera avec force les tentatives d’imposer des conditions qui mettent en danger notre sécurité et notre avenir. »