Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué, mardi, qu’il supprimerait la législation permettant l’emprisonnement d’hommes ultra-orthodoxes qui refusent de se présenter au service national.

Netanyahu s’est attiré les éloges des partis ultra-orthodoxes, susceptibles d’être des acteurs clés dans la prochaine coalition de Netanyahu.

Le Premier ministre a fait cette déclaration lors d’une rencontre avec la presse ultra-orthodoxe à sa résidence de Jérusalem.

Il a déclaré qu’il avait l’intention d’inclure les partis ultra-orthodoxes dans un futur gouvernement. Ils avaient été écartés de la coalition précédente, principalement en raison du succès du parti Yesh Atid.

A l’issue de la rencontre, au cours d’une conversation informelle, des journalistes ultra-orthodoxes ont demandé au Premier ministre s’il voulait annuler les sanctions pénales controversées dans le projet de loi universel visant à enrôler les haredim dans l’armée ou dans un autre service national.

« L’idée que les gens fassent de la prison en raison de leur foi est impensable », aurait répondu Netanyahu, laissant entendre qu’il accéderait à la demande ultra-orthodoxe de révoquer les sanctions.

Le projet de loi universel résulte d’une initiative du parti Yesh Atid, dans le précédent gouvernement, de contraindre la communauté haredi à effectuer le service national. Il comprenait des articles autorisant l’emprisonnement de ceux qui ne se présenteraient pas.

Lundi, quatre haredim ont été libérés après avoir passé près d’un mois en prison pour avoir refusé de se présenter à l’armée. Des milliers de gens ont célébré leur libération et manifesté contre le projet de loi.

Quelque 50 hommes ont été arrêtés dans des manifestations contre le projet au cours des dernières semaines à Jérusalem, Ashdod, Elad et Bnei Brak.

La communauté ultra-orthodoxe a longtemps été épargnée par le service militaire, jusqu’à l’adoption du projet de loi l’an dernier.

Le membre de la Knesset Eli Yishai, président du parti Yahad, a salué les remarques de Netanyahu.

« Le parti Yesh Atid, avec sa brutalité, a apporté la haine et creusé un fossé entre les gens, réduisant la motivation à rejoindre l’unité du Nahal Haredi, selon les [propres] statistiques du ministre de la Défense », a-t-il déclaré, en référence à l’unité d’infanterie des ultra-orthodoxes.

Yesh Atid a accusé le Premier ministre de manœuvres égoïstes. « Netanyahu a prouvé une fois de plus que tout ce qui compte pour lui est sa propre survie politique », a déclaré le parti dans un communiqué.

Selon de récents sondages, les trois partis ultra-orthodoxes – Shas, Yahad et Judaïsme unifié de la Torah – remporteront 18 sièges à la Knesset aux élections du 17 mars, ce qui leur conférera une position forte dans les négociations de coalition que le Likud de Netanyahu devrait mener.

La radio Kol Israël a rapporté mercredi que les partis haredis devraient annoncer dans les prochains jours leur intention de recommander Netanyahu comme leur candidat favori pour former la prochaine coalition.