Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dimanche a soutenu une augmentation du salaire minimum, déclarant qu’il avait chargé le ministère des Finances de le porter à 5 000 shekels par mois.

Le chef de la Histadrout, le principal syndicat de travailleurs israéliens, a salué la démarche, et affirmé que l’augmentation progressive de 700 shekels mensuels [146€] – qui s’étendrait aux entreprises privées et au secteur public – serait mise en œuvre à partir d’avril.

« Ce matin, j’ai rencontré Avi Nissenkorn [président de la Histadrout] et Zvi Oren [président de l’union des entreprises israéliennes], » a déclaré Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du cabinet. « Je les ai informé que j’ai demandé au ministère des Finances de permettre l’augmentation du salaire minimum à 5 000 shekels. »

Nissenkorn a salué l’initiative comme « une annonce importante » et déclaré que l’augmentation, qui serait graduelle, serait ressentie à partir d’avril.

Le quotidien économique Globes a rapporté que la décision doit encore faire face à plusieurs obstacles administratifs. Entre autres, le procureur général devra décider si l’accord s’étendra à tous les employés, et s’il peut passer sous un gouvernement intérimaire.

Entre un quart et un tiers des travailleurs israéliens toucheraient le salaire minimum, qui est actuellement de 4 300 shekels [896€] a rapporté la Deuxième chaîne.

Cette décision s’inscrit à la suite de rapports récents selon lesquels près de 1,6 million d’Israéliens vivraient sous le seuil de pauvreté. Le ménage moyen en Israël dépenserait des centaines de shekels de plus que son revenu mensuel, principalement en raison du coût du logement.