Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a conseillé dimanche aux presbytériens américains de venir comparer la démocratie israélienne avec celle de ses voisins du Moyen-Orient, après l’annonce par cette Eglise de boycotter trois sociétés américaines accusées d’assister le développement des implantations en Cisjordanie.

« C’est vraiment honteux », a réagi Benjamin Netanyahu lors d’une interview sur la chaîne américaine NBC, en duplex de Jérusalem. « Regardez ce qui se passe au Moyen-Orient, et vous verrez cette énorme région déchirée par la haine religieuse et une sauvagerie inimaginable ».

« Venez ensuite en Israël et vous y trouverez une démocratie qui défend les droits de l’homme fondamentaux, qui protège les droits des minorités, qui protège les chrétiens, alors que les chrétiens sont persécutés à travers le Moyen-Orient », a-t-il dit.

« Je conseille à cette organisation presbytérienne de venir au Moyen-Orient », a ensuite dit le Premier ministre israélien, « et de faire une tournée en car, d’aller en Libye, en Syrie, en Irak, et de constater la différence ».

« Je leur donnerais deux conseils: d’abord de choisir un car blindé, et ensuite, de ne pas dire qu’ils sont chrétiens », a conclu Benjamin Netanyahu.

L’Eglise presbytérienne des Etats-Unis a décidé vendredi de céder ses parts dans trois entreprises américaines, Caterpillar, Hewlett-Packard et Motorola Solutions, qu’elle accuse d’assister Israël dans le développement des implantations en Cisjordanie. Selon un porte-parole cité par le New York Times, ces investissements s’élevaient à environ 21 millions de dollars.

Selon l’Eglise, les bulldozers de Caterpillar servent à « détruire les maisons des Palestiniens et à raser les bâtiments, vergers et oliveraies pour permettre la construction du mur de séparation »; Hewlett-Packard « fournit le système électronique des points de contrôle »; et Motorola Solutions « fournit les système militaires de communication et de surveillance dans les colonies illégales israéliennes ».

Les entreprises ont regretté cette décision et affirmé leur engagement en faveur des droits de l’homme et d’une solution pacifique au conflit.