Netanyahu : Trump a “beaucoup d’affection” pour Israël et les juifs
Rechercher

Netanyahu : Trump a “beaucoup d’affection” pour Israël et les juifs

Le Premier ministre reconnaît que les relations avec Obama n’ont pas toujours été faciles, mais souligne que cela n’a jamais été personnel

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant un entretien accordé à l'émission "60 Minutes" de CBS, diffusé le 11 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran CBS)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant un entretien accordé à l'émission "60 Minutes" de CBS, diffusé le 11 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran CBS)

Le président américain élu Donald Trump a « beaucoup d’affection » pour Israël et le peuple juif, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un entretien accordé à l’émission « 60 Minutes » de CBS qui sera diffusée dimanche.

Dans un extrait de l’entretien, le dirigeant israélien a déclaré que « je connais Donald Trump. Je le connais très bien […], son soutien à Israël est évident. Il a beaucoup d’affection pour l’Etat juif, pour le peuple juif et pour les juifs. Il n’y a pas de question à ce sujet. »

Interrogé pour savoir s’il s’attendait à une meilleure relation avec Washington après les années tumultueuses de l’administration du président Barack Obama, Netanyahu a reconnu qu’il avait eu des désaccords avec Obama, particulièrement sur l’accord nucléaire iranien. Il a cependant souligné que le sujet n’avait jamais été personnel.

« Oui, nous avons eu des désaccords, j’ai eu des désaccords avec le président Obama, a-t-il déclaré. Supposons que nous avions la meilleure affinité personnelle possible, d’accord ? Alors quoi, vous pensez que je ne me serais pas opposé à l’accord iranien si j’avais pensé, comme je l’ai fait, qu’il mettait en danger l’existence d’Israël ? Bien sûr que je l’aurais fait. »

Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Trump a déclaré qu’il tenterait de négocier un accord de paix israélo-palestinien, et ses déclarations, ainsi que celles de ses conseillers, le décrivent comme étant partisan, ou tout du moins pas un opposant, aux constructions dans les implantations et à la reconnaissance de Jérusalem unifiée comme capitale d’Israël, deux sujets sur lesquels le gouvernement Netanyahu a souvent affronté Obama ces six dernières années.

Netanyahu a par ailleurs déclaré la semaine dernière que la politique d’implantations d’Israël n’était pas gouvernée par les Etats-Unis, et que la future administration Trump ne changerait pas cela.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est adressé par vidéoconférence au Forum Saban, à Washington, le 4 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est adressé par vidéoconférence au Forum Saban, à Washington, le 4 décembre 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Le Premier ministre a déclaré au Forum Saban annuel de l’Institut Brookings pour la politique moyen-orientale dimanche dernier qu’il aborderait le sujet du « mauvais » accord nucléaire iranien avec Trump, et a appelé à la poursuite de l’intervention américaine au Moyen Orient. Il a également semblé repousser les craintes d’une poussée d’antisémitisme aux Etats-Unis, notant que la tendance marginale de la haine des juifs était présente dans toutes les démocraties.

Des hommes politiques de droite ont affirmé que la construction à Jérusalem Est et dans les implantations de Cisjordanie s’était quasiment arrêtée sous l’administration Obama, qui condamne avec force toute construction au-delà de la Ligne verte.

Interrogé pour savoir si la future administration Trump autoriserait Israël à faire ce qu’il veut sur la construction dans les implantations de Cisjordanie, Netanyahu a répondu que « je pense que nous faisons déjà ce que nous voulons. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...