Le président américain élu Donald Trump a « beaucoup d’affection » pour Israël et le peuple juif, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un entretien accordé à l’émission « 60 Minutes » de CBS qui sera diffusée dimanche.

Dans un extrait de l’entretien, le dirigeant israélien a déclaré que « je connais Donald Trump. Je le connais très bien […], son soutien à Israël est évident. Il a beaucoup d’affection pour l’Etat juif, pour le peuple juif et pour les juifs. Il n’y a pas de question à ce sujet. »

Interrogé pour savoir s’il s’attendait à une meilleure relation avec Washington après les années tumultueuses de l’administration du président Barack Obama, Netanyahu a reconnu qu’il avait eu des désaccords avec Obama, particulièrement sur l’accord nucléaire iranien. Il a cependant souligné que le sujet n’avait jamais été personnel.

« Oui, nous avons eu des désaccords, j’ai eu des désaccords avec le président Obama, a-t-il déclaré. Supposons que nous avions la meilleure affinité personnelle possible, d’accord ? Alors quoi, vous pensez que je ne me serais pas opposé à l’accord iranien si j’avais pensé, comme je l’ai fait, qu’il mettait en danger l’existence d’Israël ? Bien sûr que je l’aurais fait. »

Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Trump a déclaré qu’il tenterait de négocier un accord de paix israélo-palestinien, et ses déclarations, ainsi que celles de ses conseillers, le décrivent comme étant partisan, ou tout du moins pas un opposant, aux constructions dans les implantations et à la reconnaissance de Jérusalem unifiée comme capitale d’Israël, deux sujets sur lesquels le gouvernement Netanyahu a souvent affronté Obama ces six dernières années.

Netanyahu a par ailleurs déclaré la semaine dernière que la politique d’implantations d’Israël n’était pas gouvernée par les Etats-Unis, et que la future administration Trump ne changerait pas cela.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est adressé par vidéoconférence au Forum Saban, à Washington, le 4 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est adressé par vidéoconférence au Forum Saban, à Washington, le 4 décembre 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Le Premier ministre a déclaré au Forum Saban annuel de l’Institut Brookings pour la politique moyen-orientale dimanche dernier qu’il aborderait le sujet du « mauvais » accord nucléaire iranien avec Trump, et a appelé à la poursuite de l’intervention américaine au Moyen Orient. Il a également semblé repousser les craintes d’une poussée d’antisémitisme aux Etats-Unis, notant que la tendance marginale de la haine des juifs était présente dans toutes les démocraties.

Des hommes politiques de droite ont affirmé que la construction à Jérusalem Est et dans les implantations de Cisjordanie s’était quasiment arrêtée sous l’administration Obama, qui condamne avec force toute construction au-delà de la Ligne verte.

Interrogé pour savoir si la future administration Trump autoriserait Israël à faire ce qu’il veut sur la construction dans les implantations de Cisjordanie, Netanyahu a répondu que « je pense que nous faisons déjà ce que nous voulons. »