Israël va présenter publiquement l’arsenal découvert à bord du Klos-C, le navire battant pavillon panaméen intercepté en mer Rouge qui convoyait, selon les autorités israéliennes, des armes envoyées par l’Iran dans la bande de Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Moshé Yaalon doivent commenter cette saisie d’armes lors d’une conférence de presse prévue à 14H30 GMT au port d’Eilat, dans le sud d’Israël.

L’armée israélienne a annoncé dimanche soir qu’elle avait trouvé 40 roquettes d’une portée pouvant aller jusqu’à 160 km à bord de ce bateau arraisonné mercredi en mer Rouge par un commando israélien.

M. Netanyahu a expliqué que l’opération israélienne avait non seulement fait échouer une livraison d’armes à Gaza mais a démontré « le vrai visage de l’Iran qui était derrière » cette affaire.

« Chacune de ces roquettes est une menace contre la sécurité des citoyens d’Israël. Chaque balle, chaque roquette, qui a été découverte avait une adresse israélienne », a estimé le chef d’état-major de l’armée israélienne, le général Benny Gantz, dans un communiqué.

« Nos efforts pour empêcher la prolifération des armes (…) dans la région ne sont pas terminés. Nous allons trier ces équipements et poursuivre nos efforts quotidiens. Il y a encore beaucoup d’autres missions devant nous », a averti le général Gantz.

Des ambassadeurs et attachés militaires, ainsi que « d’importantes personnalités israéliennes » seront également invités à voir le matériel militaire saisi « afin de prouver au monde que l’Iran aide en armes les organisations terroristes actives dans la bande de Gaza », selon la radio publique.

Les roquettes tirées par les groupes armés palestiniens depuis la bande de Gaza s’abattent généralement dans la région d’Ashkélon et du nord du Neguev, même si des engins de plus longue portée ont été lancés lors de la dernière opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, en novembre 2012, atteignant notamment la région de Jérusalem.

Selon Israël, les roquettes transportées par le navire, arraisonné dans les eaux internationales entre le Soudan et l’Erythrée, devaient être débarquées à Port-Soudan, puis acheminées par voie terrestre vers la bande de Gaza, via la péninsule égyptienne du Sinaï.

Le Soudan a démenti jeudi toute implication, de même que le Hamas, au pouvoir à Gaza, et le Jihad islamique, auquel les armes auraient été destinées.

L’Iran a également catégoriquement démenti les accusations israéliennes.

M. Netanyahu ne cesse de presser la communauté internationale de maintenir les sanctions économiques contre Téhéran et son programme nucléaire.

Dimanche, il a interpellé la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton en visite à Téhéran.

« Je souhaiterais lui demander si elle a l’intention de poser des questions à ses hôtes iraniens sur la fourniture d’armes à des groupes terroristes et, si elle ne le fait pas, lui demander pourquoi? », a affirmé le Premier ministre.