Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé dimanche avoir décidé de mettre en place une commission parlementaire destinée à « contrôler le financement étranger d’ONG qui luttent contre les soldats israéliens. »

« Nous avons décidé de mettre en place une commission parlementaire chargée d’enquêter sur les financements de gouvernements étrangers destinés aux organisations qui luttent contre les soldats israéliens », a-t-il dit devant un congrès de journalistes chrétiens à Jérusalem, sans identifier les ONG visées.

« Nous allons y mettre fin, nos soldats nous protègent et nous allons les protéger aussi », a ajouté Netanyahu, affirmant « qu’il n’y a pas d’armée plus morale que l’armée israélienne. »

La Knesset avait voté en juillet 2016 une loi controversée qui oblige les ONG recevant la plus grande partie de leur financement de gouvernements étrangers à le déclarer officiellement.

Des militants de droite manifestent contre l'association Breaking the silence à l'université Hébraïque de Jérusalem, le 22 décembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Des militants de droite manifestent contre l’association Breaking the silence à l’université Hébraïque de Jérusalem, le 22 décembre 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« La loi entend s’occuper du phénomène des ONG qui représentent des intérêts d’états étrangers tout en agissant sous le couvert d’organisations locales cherchant à servir les intérêts du public israélien », est-il écrit en préambule du texte.

Netanyahu avait alors déclaré que le but de la loi était « d’empêcher une situation absurde où des états étrangers se mêlent des affaires intérieures d’Israël en finançant des ONG, sans que le public israélien en soit conscient. »

La Paix Maintenant, une des ONG israéliennes les plus connues, avait qualifié la loi de juillet 2016 de « flagrante violation de la liberté d’expression » et dénoncé la tentative de « détourner l’opinion publique de l’occupation [israélienne] et de museler l’opposition. »