Voici les points clés du discours prononcé le 18 juillet 2015, par l’ayatollah Ali Khamenei, à la prière de l’Aïd al-Fitr à Téhéran. Le texte intégral traduit du discours est disponible ici.

Louange pour les appels iraniens de « Mort à Israël » et « Mort à l’Amérique » :

« L’image que l’ennemi tente de donner des Iraniens, et que malheureusement, certains individus obtus répètent, en utilisant la propagande, est déviante et fausse … Les slogans du peuple d’Iran ont montré quelles sont nos orientations. Pendant la Journée de Jérusalem, les slogans de « Mort à Israël » et « Mort à l’Amérique » ont secoué tout le pays. Et ces slogans n’étaient pas particuliers à Téhéran et aux grandes villes. Le pays tout entier se tenait sous l’égide de ce mouvement. Cher Dieu, accepte ce que le peuple d’Iran a fait de Ta miséricorde et de Ta bonté.

Un soutien conditionnel à l’accord sur le nucléaire de la semaine dernière avec les puissances P5 + 1, et au président Rouhani et à l’équipe de négociations :

« Un mot de remerciement aux fonctionnaires en charge de ces longues et difficiles négociations, à l’honorable Président, et en particulier à l’équipe de négociation qui ont vraiment fait de grands efforts et ont travaillé dur. Ils seront certainement divinement récompensés si le document qui a été préparé, à travers ses procédures juridiques déterminées – devait, ou non, être ratifié. Nous l’avons dit ainsi et en face à nos frères. Bien sûr, afin de ratifier ce document, il existe une procédure juridique claire qui, par la grâce d’Allah, devra être suivie. Nous nous attendons à ce que ces responsables prennent les intérêts – les intérêts du pays, les intérêts du peuple – en considération en faisant attention. De sorte que, quand ils soumettent la question au peuple, ils puissent le faire avec la tête haute en face d’Allah l’Exalté également ».

Un gage de soutien continu aux alliés régionaux, y compris aux Palestiniens, contre leurs ennemis :

« Que ce document soit ratifié ou non, nous n’abandonnerons pas nos amis de la région : le peuple opprimé de la Palestine, les peuples opprimés du Yémen, le peuple et le gouvernement de la Syrie, le peuple et le gouvernement d’Irak, le peuple opprimé de Bahreïn et de les combattants passionnés de la Résistance au Liban et en Palestine. Ces personnes profiteront toujours de notre soutien ».

Pas de réchauffement des relations avec l’Amérique, et aucun changement dans l’opposition à ce que l’Amérique représente :

« Notre politique à l’égard du gouvernement arrogant d’Amérique ne changera en aucune façon en dépit de ces négociations et du document qui a été préparé. Comme nous l’avons dit à maintes reprises, nous n’avons pas de négociations en cours avec l’Amérique sur les questions mondiales et régionales. Nous n’avons pas de négociations bilatérales avec l’Amérique. Il est arrivé que nous négociions avec eux dans des cas exceptionnels tels que la question nucléaire et nous l’avons fait parce que c’est dans nos intérêts … Les politiques américaines dans la région sont radicalement à l’opposé des politiques de la République islamique. »

Le refus de qualifier le Hezbollah de terroriste, et l’accusation de terrorisme israélien :

« Les Américains accusent le Hezbollah et la résistance libanaise – qui sont les principales forces prêtes à se sacrifier dans leur pays dans le domaine de la défense nationale – de terrorisme. Il n’y a pas d’accusation plus injuste. Car ils soutiennent le gouvernement terroriste qui tue des enfants au nom du sionisme. Comment peut-on faire des affaires, négocier et parvenir à un accord avec une telle politique ? »

Dérision du compte-rendu du gouvernement des États-Unis à propos de l’accord sur le nucléaire :

« Dans les derniers jours des négociations, les élites américaines – leurs fonctionnaires, hommes et femmes – ont passé leur temps à fanfaronner … Ils prétendent qu’ils ont traîné l’Iran vers la table des négociations, qu’ils ont fait céder l’Iran, qu’ils ont obtenu telle ou telle concession de notre pays et bien d’autres fadaises. Mais la vérité est bien différente … Ils savent que ce qui empêche la République islamique de construire des armes nucléaires, ce ne sont pas leurs menaces et leur comportement intimidant. Il y a une barrière religieuse derrière cela et ils savent l’importance de cette fatwa, mais ils prétendent toujours que ce sont eux qui ont fait plier l’Iran. Ils ne sont pas honnêtes avec leur propre peuple et ils ne lui disent pas la vérité. Sur d’autres questions, ils disent qu’ils ont adopté telle ou telle mesure à propos de l’industrie nucléaire de l’Iran et qu’ils ont forcé l’Iran à se rendre, mais ils ne peuvent voir la reddition de l’Iran que dans leurs rêves ».

Le vœu qu’Obama ne gagnera jamais contre l’Iran :

Dès le début de la Révolution jusqu’à aujourd’hui, cinq autres présidents américains sont morts ou ont été défaits dans l’Histoire car ils ont rêvé qu’ils forceraient la République islamique à se rendre. Vous aussi, vous connaîtrez le même sort. Vous aussi, vous ne réaliserez jamais le rêve de forcer la République islamique à se rendre. Le Président américain a marqué un point dans ses déclarations de ces derniers jours : il a admis les erreurs du passé de l’Amérique. Bien sûr, il l’a dit au milieu d’un méli-mélo d’autres choses. Il a admis que les Américains ont fait une erreur en Iran, le 28 Mordad (une référence au renversement du Premier ministre Mohammad Mossadegh en 1953). Il a admis que les Américains ont fait une erreur en aidant Saddam Hussein. Il a admis deux, trois erreurs, mais il n’a pas mentionné des dizaines d’autres. Il n’a pas parlé du règne oppressif et cruel de 25 ans du deuxième monarque Pahlavi. Il n’a pas parlé des nombreux cas de torture, de pillages, de massacres, de catastrophe et de calamités qui ont été causés par l’Amérique. Il n’a pas parlé de la destruction de la dignité des peuples iraniens et des efforts de l’Amérique pour fouler aux pieds leurs intérêts nationaux et étrangers. Il n’a pas parlé de la domination des sionistes, du meurtre de passagers iraniens sur un avion de passagers (le vol Iran Air 655, abattu dans le Golfe en 1988) et bien d’autres choses. Néanmoins, il a mentionné un certain nombre d’erreurs … A l’heure actuelle également, vous continuez à faire des erreurs à différents endroits de la région et en particulier envers la République islamique et le peuple d’Iran. Dans quelques années, quelqu’un d’autre se retournera et vous montrera vos erreurs, tout comme aujourd’hui, vous admettez les erreurs que vos prédécesseurs ont fait ».

Se vanter que l’Iran a contraint l’Occident à accepter son industrie nucléaire :

« Cela fait 10, 12 ans maintenant que les six grandes puissances mondiales – qui sont parmi les pays les plus puissants dans le monde en termes de richesse économique – se sont assises en face de l’Iran, en essayant de l’empêcher de poursuivre son industrie nucléaire … Le résultat de la lutte de 10 ou 12 ans avec la République islamique est qu’ils ont été forcés à tolérer l’exploitation de plusieurs milliers de centrifugeuses dans le pays. Ils ont été forcés à tolérer la poursuite de cette industrie dans notre pays. Ils ont été forcés à tolérer le développement de cette industrie et de la poursuite des recherches. La recherche et le développement de l’industrie nucléaire vont se poursuivre. Le cycle de l’industrie nucléaire va se poursuivre. Voilà ce qu’ils ont essayé d’empêcher pendant de nombreuses années, mais aujourd’hui, ils ont signé sur le papier qu’ils n’ont pas de problème avec notre industrie nucléaire … Ceci a été réalisé grâce à la résistance et à la fermeté du peuple et au courage et à l’innovation de nos chers scientifiques.

L’Amérique perdra en cas de guerre :

« Une personne a dit qu’elle pourrait détruire l’armée de l’Iran. Nos prédécesseurs qualifiaient de telles déclarations de « vantardise parmi les étrangers »… Si une guerre venait à éclater – ce que bien sûr nous ne souhaitons pas et ne commencerons pas – celle qui en sortira humiliée, sera l’Amérique criminelle et transgressive ».