Voici la liste des dix dernières éditions du prix Nobel de Chimie, dont le prix 2014 a été attribué mercredi à deux Américains, Eric Betzig et William Moerner, et un Allemand, Stefan Hell :

2014: Eric Betzig et William Moerner (Etats-Unis), et Stefan Hell (Allemagne), qui ont amélioré le microscope, lui permettant de voir l’infiniment petit

2013: Martin Karplus (Etats-Unis/Autriche), Michael Levitt (Etats-Unis/Grande-Bretagne) et Arieh Warshel (Etats-Unis/Israël), pour la mise au point de modèles pour les systèmes chimiques complexes permettant d’optimiser les catalyseurs, les médicaments et les cellules photovoltaïques

2012: Robert Lefkowitz et Brian Kobilka (Etats-Unis), pour leurs travaux sur des récepteurs qui permettent aux cellules de comprendre leur environnement, une percée essentielle pour l’industrie pharmaceutique

2011: Daniel Shechtman (Israël), pour avoir découvert l’existence d’un nouveau type de matériau, un « quasi-cristal »

2010: Richard Heck (Etats-Unis), Ei-ichi Negishi et Akira Suzuki (Japon), pour avoir créé l’un des outils les plus sophistiqués de la chimie ouvrant la voie à des traitements du cancer et à des produits électroniques et plastiques révolutionnaires

2009: Venkatraman Ramakrishnan, Thomas Steitz (Etats-Unis) et Ada Yonath (Israël), pour leurs travaux sur les ribosomes qui ouvrent la voie à de nouveaux antibiotiques

2008: Roger Tsien, Martin Chalfie (Etats-Unis) et Osamu Shimomura (Japon) pour leurs recherches sur les protéines fluorescentes dont les applications permettent de détecter des tumeurs cancéreuses

2007: Gerhard Ertl (Allemagne) pour ses travaux sur les catalyseurs qui ont connu des applications industrielles allant des fertilisants aux pots catalytiques

2006: Roger Kornberg (Etats-Unis), pour ses travaux fondamentaux sur la transcription des gènes

2005: Yves Chauvin (France), Robert H. Grubbs (Etats-Unis) et Richard R. Schrock (Etats-Unis) pour leurs recherches sur la métathèse en synthèse organique dont l’impact est énorme sur la fabrication de médicaments