Un nombre record d’actes à caractère antisémite a été enregistré au Royaume-Uni en 2014, alimentés par le conflit israélo-palestinien, indique jeudi le Community Security Trust (CST), une association qui recense ces délits et défend la sécurité de la communauté juive britannique.

Selon le CST, 1 168 actes antisémites ont été enregistrés l’année dernière contre 535 en 2013, le plus haut niveau enregistré depuis le début de ce recensement en 1984.

La ministre britannique de l’Intérieur Theresa May a qualifié ce nombre de « très inquiétant » et a déclaré que « la Grande-Bretagne sans ses juifs ne serait pas la Grande-Bretagne ».

L’agression la plus courante contre un membre de la communauté juive relève de l’injure verbale en public, mais sont également recensés des dommages contre les biens, des graffitis antisémites et des menaces par lettres ou mails.

Dans un cas, à Londres, une victime a été insultée et frappée avec du verre et une batte de baseball.

Le conflit de cet été entre Israël et Gaza est à l’origine de la forte augmentation de ces actes, estime le CST.