Le président israélien Reuven Rivlin, habituellement cantonné aux fonctions protocolaires, exercera l’un de ses pouvoirs les plus importants en désignant parmi les 120 députés élus mardi celui qui devra essayer de former un gouvernement.

« Le président souhaite que le prochain gouvernement soit formé le plus vite possible. Il veut entamer ses consultations au début de la semaine prochaine, même si les résultats officiels de la commission électorale ne sont pas encore publiés », a dit à l’AFP le porte-parole de Rivlin, Jason Pearlman.

Le triomphe de Netanyahu aux élections devrait considérablement faciliter la tâche de Rivlin au moment de faire son choix. Les sondages qui prédisaient un résultat très serré promettaient une tâche beaucoup plus compliquée à Rivlin.

Rivlin devrait ainsi se retrouver dans la position singulière de confier pour la première fois la charge de former le gouvernement à une personnalité avec laquelle ses relations passent pour notoirement mauvaises. Rivlin est devenu président en 2014 en dépit des multiples tentatives de Netanyahu pour lui barrer la route de la présidence.

Après la publication des résultats (peut-être jeudi), le président a une période limitée à sept jours pour mener ses consultations avec les chefs des partis représentés au parlement, et pour désigner le député qu’il juge le mieux placé pour former un gouvernement.

Ce député a un délai de 28 jours éventuellement renouvelable une fois pour 14 jours. En cas d’échec, le président peut désigner un autre député qui aurait un délai de 28 jours non renouvelable. Un troisième prétendant n’aurait plus, lui, que 14 jours avant que le président ne réclame de nouvelles élections.

Les médias ont rapporté que Rivlin était favorable à un gouvernement d’union nationale qui serait en mesure de promouvoir un changement constitutionnel mettant fin au système de la proportionnelle intégrale et à l’instabilité politique chronique qu’il cause.

Rivlin ne dispose toutefois pas des pouvoirs pour imposer un gouvernement d’union rejeté pour le moment par Netanyahu.

Son porte-parole a affirmé que le « président ne s’est pas prononcé sur un gouvernement d’union. Il a des préférences, mais il les garde pour lui ».