Mahmoud Abbas a condamné le tir d’une roquette de la bande de Gaza mercredi contre le sud d’Israël.

De même la porte-parole du Département d’Etat américain Jen Psaki a déclaré que Abbas devait agir pour qu’Israël ne soit pas la cible de tirs de roquettes.

L’engin s’est abattu dans la matinée dans la région d’Eshkol sans faire ni victime ni dégât, selon la police israélienne. Le tir n’a pas été revendiqué.

« La présidence palestinienne condamne le tir de roquette et appelle à honorer les accords passés », a indiqué un communiqué publié par l’agence officielle Wafa, en faisant référence à la trêve en vigueur entre le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle Gaza, et Israël.

Il s’agit d’un des premiers tirs de Gaza depuis la mise en place début juin d’un gouvernement palestinien de « consensus » national, soutenu par le Hamas mais composé de personnalités indépendantes.

Un porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait auparavant accusé le président Abbas « d’être responsable des tirs de roquettes de la bande de Gaza vers les villes israéliennes ».

Un autre porte-parole, Mark Regev, avait publié un communiqué exigeant de M. Abbas qu’il désarme les « organisations terroristes » de Gaza.

« M. Abbas affirme que le nouveau gouvernement palestinien va respecter les engagements pris dans le passé. Pourquoi n’a-t-il pas désarmé les organisations terroristes de la bande de Gaza comme il s’y était engagé ? », s’est interrogé M. Regev.

Le nouveau cabinet d’union palestinien résulte de l’accord de réconciliation signé le 23 avril entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et le Hamas pour mettre fin à la division politique depuis 2007 entre la Cisjordanie, dont l’Autorité palestinienne administre les zones autonomes, et la bande de Gaza.

Selon l’armée israélienne, quelque 140 projectiles –roquettes ou obus– ont été lancés de Gaza depuis le début de l’année.

Le bureau du président de l’AP Mahmoud Abbas a déclaré dans un communiqué que le cessez-le feu conclu par Israël et le Hamas sert les intérêts de la sécurité du peuple palestinien, et que les politiciens ne devraient pas donner à Israël de prétexte pour poursuivre ses attaques sur la bande de Gaza.

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza mercredi matin a causé des dommages importants à une grande route située dans le sud d’Israël.

Aucun blessé n’a été signalé lors de l’attaque sur le Conseil régional d’Eshkol.

C’était la deuxième fois cette semaine que les sirènes d’alarme ont retenti dans le sud, près de la bande de Gaza.

Lundi, une roquette a été tirée dans la direction d’Ashkelon, mais elle a atterri en territoire palestinien près de la barrière de sécurité, ne causant aucun dommage ou blessé.

Samedi, une roquette tirée de Gaza a explosé dans des zones ouvertes dans la région de Shaar Hanegev, n’occasionnant ni blessés ni dommages.

Quelque 140 projectiles tirés depuis Gaza ont frappé le sud d’Israël depuis le début de l’année 2014, selon l’armée.

Le 1er juin, deux roquettes lancées à partir de Gaza ont frappé Israël, suivant des raids de l’armée de l’air israélienne sur l’enclave palestinienne.