Le ministère allemand des Affaires étrangères a fait état lundi de nouvelles interpellations d’Allemands en Turquie, concernant un couple d’origine turque, et laissé planer la menace à terme de placer le pays sur un liste noire pour les touristes.

« Nous devons partir du principe qu’un couple d’Allemands d’origine turque a été de nouveau interpellé à Istanbul par la police », a indiqué le porte-parole du ministère, Martin Schäfer, à Berlin, en précisant ne pas avoir de confirmation officielle des autorités turques à ce stade.

Une des deux personnes arrêtées a été entretemps remise en liberté mais « avec interdiction de quitter le territoire », selon les informations du ministère allemand.

« Le cauchemar continue pour de plus en plus d’Allemands qui ne souhaitaient rien d’autre que de passer leurs vacances en Turquie », a affirmé le porte-parole, ajoutant que « l’arbitraire qui prévaut » dans le pays « nous préoccupe énormément ».

« Cela peut arriver à toute personne souhaitant voyager en Turquie. On pense qu’il n’y a aucun risque et d’un seul coup on se retrouve enfermé dans une prison turque. C’est la triste réalité à laquelle nous faisons face […], chacun doit garder cela à l’esprit », a-t-il ajouté.

Le ministère a précisé qu’il n’envisageait pas encore de recommander aux Allemands de ne plus se rendre en Turquie, après avoir déjà durci ses consignes à ce sujet, tout en n’écartant pas cette option à terme.

« Si ces arrestations d’Allemands par les autorités turques devenaient une routine quotidienne […], il serait possible qu’une telle consigne survienne », a prévenu le porte-parole, ajoutant que la Turquie se retrouverait en pareil cas traitée sur le même plan que des pays comme la Libye, le Yémen ou la Syrie, pays dans lesquels « personne n’aurait l’idée d’aller passer ses vacances ».

Actuellement, une dizaine d’Allemands, pour beaucoup ayant la double nationalité germano-turque, sont détenus en Turquie

Fin août, un autre couple germano-turc avait été arrêté en Turquie pour « raisons politiques », selon Berlin. L’une des deux personnes avait été libérée quelque jours plus tard.

Les relations entre la Turquie et l’Allemagne se sont particulièrement tendues depuis le putsch manqué du 15 juillet 2016, imputé par Ankara au prédicateur musulman Fethullah Gülen qui nie les faits. La plupart de personnes arrêtées sont le plus souvent soupçonnées par les autorités turques de liens avec les Kurdes ou le mouvement de Gülen.