Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a salué mardi la signature « historique » de l’accord sur le programme nucléaire iranien, espérant qu’il augurait d’un « changement significatif » dans les relations entre l’Iran, ses voisins et la communauté internationale.

« Après plus d’une décennie de négociations difficiles, nous avons conclu un accord historique qui imposera des limites strictes et des inspections au programme nucléaire iranien », a déclaré Hammond dans un communiqué.

« Nous espérons, nous attendons, que cet accord annoncera un changement significatif dans les relations entre l’Iran, ses voisins et la communauté internationale », a-t-il ajouté.

« Nous continuerons à travailler étroitement avec nos partenaires de la coalition internationale pour encourager l’Iran à jouer un rôle transparent et constructif dans les affaires régionales, en particulier dans la lutte contre l’extrémisme islamiste », a dit le chef de la diplomatie britannique.

Plusieurs dirigeants iraniens ont laissé entendre que cet accord pourrait ouvrir la voie à une entente dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI). L’Iran soutient les gouvernements syrien et irakien, deux pays où l’organisation jihadiste s’est emparée de pans entiers de territoires.

L’accord finalisé mardi à Vienne parachève des mois d’intenses tractations entre l’Iran et le groupe P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).