Le Kremlin a dit lundi s’inquiéter des « conséquences négatives » qu’aurait une décision du président Donald Trump de dénoncer l’accord sur le nucléaire iranien.

Selon des sources concordantes interrogées par l’AFP, Donald Trump, qui juge que l’Iran ne respecte pas « l’esprit » de l’accord nucléaire, devrait annoncer cette semaine qu’il ne le « certifie » pas, renvoyant de fait la balle dans le camp du Congrès.

« Sans aucun doute, la sortie d’un pays, d’autant plus un pays-clé comme les Etats-Unis, aura des conséquences négatives », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

« Vladimir Poutine a répété à plusieurs reprises l’importance de l’accord », a-t-il ajouté, précisant qu’il était seulement possible de « spéculer » sur l’attitude des Etats-Unis en attendant que le président américain annonce sa décision.

Le président américain Donald Trump au téléphone avec le président russe  Vladimir Poutine depuis le Bureau ovale de la Maison Blanche à  Washington, le 28 janvier 2017. Illustration. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le président américain Donald Trump au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine depuis le Bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2017. Illustration. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Une loi oblige le président américain à dire au Congrès, tous les 90 jours, si l’Iran respecte le texte et si la levée des sanctions qui l’accompagne est bien dans l’intérêt national des Etats-Unis. En cas de « non-certification », la loi donne au Congrès 60 jours pour décider de réimposer ou non des sanctions.

L’accord sur le nucléaire iranien, conclu en 2015 avec la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l’Allemagne, la Russie et les Etats-Unis, vise à garantir le caractère strictement pacifique et civil du programme nucléaire iranien en échange d’une levée progressive des sanctions.