Israël a appelé jeudi les grandes puissances à ne pas signer un « mauvais accord » avec l’Iran, affirmant qu’un éventuel développement des capacités nucléaires de ce pays créerait un « nouveau et dangereux ordre mondial ».

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a affirmé jeudi qu’il n’y aurait pas de discussions sur une prolongation des négociations entre les grandes puissances et l’Iran sur le nucléaire au-delà de la date-butoir du 24 novembre.

« Nous ne discutons pas d’une extension, nous négocions pour parvenir à un accord », a déclaré M. Kerry à des journalistes à Paris, avant de partir pour Vienne pour se joindre aux négociations du groupe des « 5+1 » (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine, Allemagne) et l’Iran.

Le ministre israélien du Renseignement Yuval Steinitz a déclaré qu’Israël se réservait « toutes les options » pour se défendre, allusion implicite à la possibilité d’une action armée.

Il a tiré « une dernière fois la sonnette d’alarme » à l’attention du groupe « 5+1 » (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) entré avec l’Iran à Vienne dans une phase critique des négociations pour parvenir à un accord avant la date butoir du 24 novembre.

« Ne signez pas un mauvais accord avec l’Iran qui lui permette de rester un Etat (au) seuil (d’acquérir l’arme nucléaire), qui permette à l’Iran de garder la plupart de ses centrifugeuses destinées à enrichir l’uranium et de conserver la capacité de produire sous peu une arme nucléaire », a dit le ministre devant la presse.

A Vienne, les Iraniens n’ont fait « aucune concession significative », a-t-il poursuivi. Si l’Iran devient une puissance nucléaire (militaire), s’il peut non seulement préserver mais développer à l’avenir ses capacités nucléaires militaires ou ses capacités nucléaires à double usage, cela va changer le monde pour toujours, cela va créer un nouveau et dangereux ordre mondial pour des décennies ».