Un responsable gouvernemental israélien a dénoncé jeudi l’accord cadre conclu par les grandes puissances et Téhéran sur le nucléaire iranien, évoquant une « erreur historique qui rendra le monde beaucoup plus dangereux ».

« C’est un mauvais accord cadre qui conduira à un mauvais et dangereux accord » final, a décrié ce responsable israélien, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Il « donne une légitimité internationale au programme nucléaire iranien, dont l’unique but est de fabriquer la bombe atomique », a-t-il dit.

« Si un accord (final) est conclu sur la base de cet accord cadre, ce sera une erreur historique qui rendra le monde beaucoup plus dangereux », a-t-il ajouté.

L’Iran « va continuer à enrichir de l’uranium, va poursuivre la recherche et le développement sur les centrifugeuses, et ne va fermer aucune de ses installations nucléaires, y compris le site souterrain de Fordo », a dénoncé ce responsable.

Le pré-accord signé par l’Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) est une étape fondamentale sur la voie d’un accord final d’ici au 30 juin.

Cet accord a vocation à résoudre le dossier du nucléaire iranien, qui empoisonne les relations de Téhéran avec la communauté internationale depuis plus d’une décennie.

Peu avant l’annonce de l’accord-cadre à Lausanne (Suisse) où se sont déroulées les négociations, le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu avait exigé que tout accord « réduise considérablement » les capacités nucléaires de Téhéran.

Son ministre des Renseignements, Yuval Steinitz, avait lui affirmé plus tôt dans la journée que toutes les options, y compris l’action militaire, restaient sur la table pour son pays face à la menace d’un Iran doté de l’arme nucléaire.

« Au moment où les représentants des grandes puissances serrent la main de (responsables) iraniens à Lausanne, l’Iran poursuit sa campagne de terreur et d’occupation au Yémen et à travers le Moyen-Orient », a fustigé Yuval Steinitz, dans un communiqué.

« Les sourires à Lausanne sont déconnectés de la réalité, dans laquelle l’Iran refuse de faire des concessions sur la question nucléaire et continue de menacer Israël et le reste du Moyen-Orient », a-t-il ajouté.