L’Arabie saoudite a prévenu mardi que l’Iran ne pourrait pas tirer les bénéfices d’un éventuel accord nucléaire avec les grandes puissances sans coopération avec ses voisins arabes du Golfe.

Cette mise en garde a été lancée par le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud Al-Fayçal au moment où le groupe P5+1 (États-Unis, Grande-Bretagne, Russie, Chine, France + Allemagne) et l’Iran tentaient de parvenir avant minuit à un accord dans leurs négociations sur le programme nucléaire iranien.

« Si les P5+1 voulaient donner à l’Iran un rôle dans la région, ils devraient au préalable chercher à favoriser une entente entre l’Iran et les Etats arabes », a déclaré le prince Saoud devant le Majlis Al-Choura, le Conseil consultatif du royaume saoudien.

Il leur a demandé d’œuvrer pour une entente « au lieu de court-circuiter les intérêts des Etats de la région en faisant miroiter à l’Iran des bénéfices dont il ne pourra pas jouir sans qu’il coopère avec les pays de la région ».

Le prince Saoud Al-Fayçal avait déjà indiqué la semaine dernière qu’il ne fallait pas donner à l’Iran « des accords qu’il ne mérite pas » dans ses négociations avec le P5+1.

L’Arabie saoudite, chef de file de l’islam sunnite, redoute les ambitions régionales de l’Iran, son rival chiite.

Le royaume dirige une coalition arabe qui a lancé jeudi une opération militaire au Yémen pour défaire une rébellion chiite pro-iranienne qui, selon Ryad, cherche à prendre le contrôle de ce pays, situé à sa frontière sud.