Les habitants du sud d’Israël étaient sous tension mercredi soir alors qu’ils attendaient de voir si le pire était derrière eux ou si une pluie de roquettes tirées depuis Gaza, et les bombardements en représailles de l’armée israélienne, provoqueraient une nouvelle escalade de la violence à la frontière.

La nuit a été relativement calme et jeudi matin, seules deux roquettes ont été lancées vers Israël. Elles ont toutes deux atterri dans des zones ouvertes, sans faire de dégâts.

Mercredi soir, l’armée de l’air israélienne a lancé des frappes aériennes sur 29 cibles dans la bande de Gaza après le tir de 50 roquettes et obus de mortiers sur son territoire – la pire attaque de ce genre depuis novembre 2012.

Des sources militaires israéliennes ont déclaré après les frappes de représailles dans la nuit qu’Israël attendrait désormais de voir la réaction du Hamas et du Jihad islamique.

S’il n’y a plus de tirs de roquettes sur Israël, les frappes aériennes s’arrêteront. Mais si les tirs se poursuivent, Israël répliquera à nouveau.

Mercredi soir, les autorités israéliennes n’avaient pas annulé les classes pour les enfants du sud du pays. Mais le niveau d’alerte dans la zone a été relevé et les habitants ont été priés de rester à 15 secondes de distance d’abris antimissiles.

Dans un communiqué publié mercredi par Reuters, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé à la fin de « l’escalade militaire israélienne dans la bande de Gaza. » Il n’a apparemment pas mentionné les tirs de roquettes depuis Gaza.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a condamné les tirs de roquettes et demandé à « tous les acteurs de faire preuve de la plus grande retenue pour empêcher des incidents futurs qui pourraient conduire à une escalade plus grave et à une déstabilisation de la région. »

Le Jihad islamique a revendiqué ces attaques, soutenant qu’il s’agissait de représailles à la mort de trois de ses combattants, tués mardi par Israël, et a affirmé qu’elles marquaient le début d’une campagne de long-terme.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé jeudi Israël à stopper son « escalade » militaire contre Gaza, selon son porte-parole.

Cité par l’agence officielle palestinienne Wafa, le porte-parole, Nabil Abou Roudeina, a indiqué que le président Abbas avait exhorté Israël à « mettre un terme à son escalade militaire sur la bande de Gaza assiégée ».

Les premières informations n’ont fait état d’aucune victime, ni d’un côté, ni de l’autre.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis de « continuer à frapper ceux qui veulent nous faire du mal », assurant qu’Israël « agirait contre eux de manière très forte », selon un de ses porte-parole.

« S’il n’y a pas de tranquillité dans le sud (d’Israël), il y aura du bruit à Gaza, et c’est un euphémisme », a averti Netanyahu.

En visite officielle en Israël pour la première fois en tant que Premier ministre britannique, David Cameron a « totalement condamné les attaques de Gaza », les qualifiant de « barbares », selon un communiqué de la présidence israélienne, car « visant les populations civiles ».

Le département d’Etat américain a condamné les tirs de roquettes, qualifiées d' »attaques terroristes » et réaffirmant « le droit d’Israël à se défendre ».

Dans la soirée, des raids aériens israéliens ont visé des positions de la branche armée du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods, ainsi que de celle du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, dans le nord et le sud de la bande de Gaza, selon des témoins.

L’armée israélienne a affirmé avoir frappé « 29 sites terroristes dans la bande de Gaza ».

Selon des sources de sécurité palestiniennes, les activistes du Hamas, y compris les combattants de sa branche armée, avaient évacué dans la soirée toutes leurs bases, avant les bombardements.

Auparavant, alors que des pluies violentes gênaient les capacités d’action de l’aviation, des chars israéliens à la frontière avaient tiré sur deux positions.

Les débris de 60 roquettes ont été retrouvés, dont cinq sont tombées dans des zones habitées, a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué.

« Il s’agit de la plus importante attaque à la roquette de la bande de Gaza depuis l’opération Pilier de défense » (14-21 novembre 2012) dans le territoire palestinien gouverné par le mouvement islamiste Hamas, a-t-elle souligné.

Des milliers d’Israéliens habitant la région ont dû se réfugier dans les abris, selon l’armée israélienne, affirmant que le Hamas était « responsable des attaques venant de la bande de Gaza ». Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Menace interne pour le Hamas

« Le Jihad islamique ne souhaitait pas une escalade, mais Israël a commis de nombreuses violations de la trêve (depuis novembre 2012, NDLR), au point de renier son engagement de cesser sa politique d’assassinats », a déclaré à l’AFP un porte-parole du mouvement, Daoud Chihab, en référence à des attaques contre des dirigeants palestiniens depuis le début de l’année.

« Les Brigades Al-Qods ont riposté à l’agression par une salve de roquettes », a affirmé la branche armée du Jihad islamique, assurant en avoir tiré 90.

Le Hamas a toutefois appelé « la résistance palestinienne et ses branches militaires à agir sur le terrain à bon escient, avec intelligence et professionnalisme afin d’éviter de faire couler le sang de notre peuple et protéger ses intérêts ».

Le gouvernement du Hamas a rejeté sur Israël la responsabilité des tensions: « Nous faisons porter à l’occupant la responsabilité de l’escalade et mettons en garde contre les conséquences », a indiqué son porte-parole, Ihab al-Ghussein, affirmant « le droit du peuple palestinien à se défendre ».

Le Hamas a toutefois appelé « la résistance palestinienne et ses branches militaires à agir sur le terrain à bon escient, avec intelligence et professionnalisme afin d’éviter de faire couler le sang de notre peuple et protéger ses intérêts ».

Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a prôné « la réoccupation entière de la bande de Gaza », évacuée unilatéralement par Israël en 2005 et tombée aux mains du Hamas en juin 2007.

En rétorsion, le ministre de la Défense Moshé Yaalon a fermé jusqu’à nouvel ordre les points de passage de Kerem Shalom et Erez, à la frontière avec Gaza, sauf pour les cas humanitaires.

Trois combattants du Jihad islamique ont été tués mardi par un raid aérien israélien dans le sud de la bande de Gaza après avoir tiré au mortier sur des troupes israéliennes à la frontière.

« Les Brigades Al-Qods se sont engagées à respecter la trêve mais elle doit être respectée au même titre par l’ennemi », selon un communiqué publié dans la soirée.

Dans un récent rapport, les chefs de mission de l’Union européenne (UE) à Jérusalem-Est et à Ramallah soulignent que « le Jihad islamique en Palestine continue à représenter la menace interne la plus puissante pour le Hamas, à la fois politiquement et militairement », grâce notamment à la poursuite du financement iranien.

 

 

Avec Marissa Newman.