Le président américain Barack Obama a critiqué les propos du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui avait dénoncé le « danger » d’un vote massif des Arabes israéliens aux élections législatives.

Dans ses premiers commentaires publics sur les élections législatives israéliennes qui ont accordé une large victoire au parti de Benjamin Netanyahu, Obama a déclaré à Sam Stein du journal en ligne The Huffington Post qu’il avait « indiqué que ce genre de rhétorique est contraire à la plus pure tradition israélienne ».

Le jour même du vote, mardi, Netanyahu avait posté une vidéo alarmiste sur sa page Facebook.

« Le pouvoir de la droite est en danger. Les électeur arabes se rendent en masse vers les bureaux de vote », y disait-il.

La veille du scrutin qui était très incertain et pour rallier la droite, il avait publiquement écarté l’idée d’un Etat palestinien s’il conservait son poste.

La Maison Blanche a eu des mots très durs pour qualifier ces propos. Ce n’est que jeudi soir que M. Obama a appelé M. Netanyahu pour le féliciter.

« Nous avons rappelé que ce genre de discours était contraire aux traditions d’Israël. Bien que ce pays soit fondé sur une terre historiquement juive, et sur le besoin de créer une nation juive, la démocratie israélienne repose sur la notion que tous ses citoyens sont égaux en droits. C’est ce qui fait la grandeur de cette démocratie. Si cela venait à changer, je pense que cela donnerait des arguments à ceux qui ne veulent pas d’un Etat juif, et que cela affaiblirait la démocratie israélienne », a déclaré Obama au Huffington Post.

L’interview, qui a eu lieu vendredi, a été publiée dans son intégralité samedi.

Alors que les grandes manœuvres sont lancées pour la formation de son gouvernement, Netanyahu a consacré beaucoup de temps jeudi sur les télévisions américaines à tenter de réparer les dégâts.

« Je n’ai pas changé de politique », a-t-il dit à MSNBC, « je ne me suis jamais rétracté » du discours de 2009 dans lequel il a endossé pour la première fois publiquement l’idée d’un Etat palestinien coexistant avec Israël.

« Je ne veux pas d’une solution à un seul Etat. Je veux une solution à deux Etats, pacifique, durable. Mais pour cela il faut que les conditions changent. »

« Disons que nous lui faisons confiance quand il dit que cela [l’État palestinien] n’arrivera pas tant qu’il sera Premier ministre. C’est pourquoi nous devons explorer d’autres options afin d’empêcher que la région ne sombre dans le chaos, […] Je lui ai également rappelé [à Netanyahu] qu’après ses récentes déclarations, il serait difficile de croire qu’Israël est sérieusement attaché à la poursuite des négociations, » a déclaré Obama.

« Cependant, nous continuerons d’insister sur le fait que, du point de vue des États-Unis, le statu quo est intenable. Nous sommes attachés à la sécurité d’Israël, mais il n’est pas possible de poursuivre cette voie éternellement, avec l’implantation de nouvelles colonies. C’est un facteur d’instabilité dans la région ».